Cette semaine en histoire

Archives

En quête d'un avenir meilleur

Cette histoire est parue à l'origine en 2002

Le 15 mai 1858, un mineur d'origine chinoise qui explorait le fleuve Fraser en compagnie de prospecteurs californiens, regagne San Francisco où il confirme l'existence d'impressionnantes quantités d'or en Colombie-Britannique. Cette nouvelle provoque la première vague d'immigration chinoise au Canada.

Homme d'origine chinoise lavant de l'or

Homme d'origine chinoise lavant de l'or
© BAC / PA-125990

La ruée vers l'or en Colombie-Britannique attire d'abord les mineurs chinois établis en Californie, où ils sont de plus en plus victimes de discrimination. Bientôt, des milliers de Chinois, en quête d'une vie meilleure, traversent le Pacifique. La plupart des nouveaux venus sont des hommes originaires du Guandong, province ravagée par la guerre, les catastrophes naturelles, le chômage et la famine. Ils arrivent à Victoria où ils s'établissent temporairement avant de gagner le fleuve Fraser et la région du Caribou, dans l'espoir d'y faire fortune. À Victoria, les Chinois forment une petite communauté qui grandit rapidement avec l'arrivée constante de nouveaux immigrants. Parmi ceux-ci, des marchands ouvrent des épiceries, des fruiteries et différents commerces d'importation. Un centre communautaire et une école chinoise leur permettent de bâtir une vie sociale, des réseaux d'entraide et de préserver leur culture. Ainsi naît, à Victoria, le premier quartier chinois du Canada!

En 1860, plus de 5 000 Chinois sont à la recherche d'or en Colombie-Britannique. Ils travaillent généralement sur des concessions minières abandonnées ou pour le compte de propriétaires blancs, souvent méfiants et peu tolérants. Malgré ce contexte de travail défavorable, certains font des découvertes extraordinaires. Ainsi, en 1860, un dénommé Ly Wing aurait trouvé des pépites d'or valant plus de 5 000 dollars.

École publique chinoise construite en 1909

École publique chinoise construite en 1909
© Parcs Canada / Mills / 1995

Plusieurs Chinois qui ne participent pas directement à la ruée vers l'or ouvrent des restaurants et des blanchisseries pour servir la population grandissante de mineurs. D'autres contribuent au développement des communications en Colombie-Britannique en travaillant à l'installation de fils télégraphiques ou à la construction de routes. Certains travaillent enfin comme domestiques, cuisiniers ou ouvriers saisonniers dans les conserveries. Avec l'épuisement des filons d'or, la construction du chemin de fer Canadien Pacifique devient une nouvelle source d'emplois pour les mineurs chinois, ce qui amorce une nouvelle vague d'immigration dans les années 1880.

Malgré les préjugés et des conditions de travail difficiles, les Chinois ont fait du Canada leur demeure. Le quartier chinois de Victoria et les travailleurs chinois du chemin de fer Canadien Pacifique ont respectivement été désignés lieu et événement d'importance historique nationale.

Date de modification :