Cette semaine en histoire

Archives

Le premier des premiers ministres libéraux du Canada

Semaine du lundi le 1er mars 2004

Le 6 mars 1873, Alexander Mackenzie est nommé chef du Parti libéral. La même année, cet homme politique aux valeurs égalitaires et réformatrices forme le premier gouvernement libéral dans le Dominion du Canada.

Alexander Mackenzie, premier ministre du Canada (1873-1878)
© Bibliothèque et Archives Canada / C-0020052

Né à Logierait, en Écosse, le 22 janvier 1822, Alexander Mackenzie grandit dans la pauvreté au sein d’une famille nombreuse. La mort du père, en 1836, place celle-ci dans une situation précaire. Alexander doit abandonner ses études et travailler fort avec ses frères aînés pour faire vivre la famille. À l’âge de 20 ans, il suit l’élue de son cœur, Helen Neil, et immigre au Canada.

Dès son arrivée, Mackenzie s’établit à Kingston. Tailleur de pierre de formation, il se trouve rapidement du travail dans le secteur de la construction immobilière et de la canalisation. Très tôt, il devient un entrepreneur prospère et participe à la vie politique canadienne. En 1852, il devient rédacteur en chef au Lambton Shield, journal du Parti réformiste qui deviendra le Parti libéral. Il se lie d’amitié avec George Brown, le chef du parti, et se fait remarquer. En 1861, il remporte les élections provinciales et devient député de Lambton.

À l’approche de la Confédération, le Parti réformiste se joint aux Conservateurs, ce qui donne naissance à la Grande Coalition de 1864. Mackenzie est toutefois contre cette idée. Brown démissionne du cabinet de coalition l’année suivante et essaie de former une opposition libérale aux aspirations nationales. Il choisit néanmoins d’abandonner la politique élective en 1867, ce qui laisse le parti libéral sans chef.

La même année, Mackenzie est élu au Parlement fédéral. Il devient membre de l’Assemblée législative de l’Ontario de 1871 à 1872, puis au niveau fédéral, ministre des Travaux publics et chef du Parti libéral en 1873. La même année, le premier ministre sir John A. Macdonald démissionne lorsque le scandale du Pacifique éclate. Les pots-de-vin acceptés par le Parti conservateur nuisent à la réputation de Macdonald, ce qui permet à Mackenzie d’accéder au pouvoir.

« The Goodbye At The Door »
© Bibliothèque et Archives Canada / C-064314

Pendant son mandat en tant que premier ministre, Mackenzie réforme le système électoral, impose le scrutin secret, crée la Cour suprême du Canada, fonde le Collège militaire royal, crée la charge de vérificateur général et termine la construction du chemin de fer Intercolonial. Malheureusement, il perd les élections en 1878 au profit des Conservateurs de Macdonald et démissionne de son poste de chef de l’opposition. Il demeure toutefois député jusqu’à sa mort, en 1892.

L’honorable Alexander Mackenzie a été commémoré comme personne d’importance historique nationale en 1957 et une plaque a été érigée en son honneur à Sarnia (Ontario).

Date de modification :