Cette semaine en histoire

Archives

Un parangon de dévouement : Georgina Fane Pope

Semaine du lundi le 24 novembre 2003

Georgina Fane Pope et le premier contingent d’infirmières canadiennes, venues travailler dans les hôpitaux sud-africains durant la guerre des Boërs, débarquent à Cape Town le 30 novembre 1899.  Surnommée la « Florence Nightingale des îles », Georgina Fane Pope s'est distinguée par son leadership exceptionnel et son dévouement à ses patients, en particulier durant la guerre des Boërs, de 1899 à 1902.

Le contingent du Transvaal de l'Île-du-Prince-Édouard
© Archives de l'Île-du-Prince-Édouard [Collection du musée et fondation patrimonial de l' Île-du-Prince-Édouard, Robert L. Cotton et inconnu, Acc. 3466]

Née le 1er janvier 1862 à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), Georgina est la fille de William Henry Pope, l’un des pères de la Confédération. À l’époque où elle décide de faire carrière dans la profession infirmière, celle-ci commence à peine à être reconnue. Après avoir suivi sa formation au Bellevue Hospital de New York - la « mère de toutes les écoles d’infirmerie de l'Amérique du Nord » - elle se porte volontaire pour servir dans le corps médical de l’armée britannique au tout début de la guerre des Boërs.

L’armée canadienne souligne le respect qu’elle voue alors aux infirmières en leur accordant le rang de lieutenant pendant leur service en Afrique du Sud. Georgina Fane Pope dirige alors tous les services d’infirmerie basés à Kroonstadt, où les infirmières doivent travailler de longues heures dans des salles surpeuplées, en plus de combattre des infestations d’insectes, supporter des températures extrêmes et se nourrir de quelques maigres rations, et ce malgré la menace constante d’une attaque surprise. Lors de son deuxième séjour en Afrique du Sud, l’infirmière en chef Pope prend la tête d’un nouveau contingent d’infirmières.

Cape Town
© www.capetowntoday.co.za

À son retour au Canada, Georgina est la première Canadienne à être décorée de la Croix-Rouge royale, en reconnaissance de son souci constant d’offrir à ses patients des soins de qualité supérieure pendant toute la durée de la guerre. En 1908, Georgina Fane Pope devient la première personne à occuper le rang d’infirmière intendante au sein du Service de santé de l’Armée royale canadienne; elle dirige alors les activités de toutes les infirmières militaires, qu’elles fassent partie du service régulier ou de réserve. Elle joue un rôle déterminant dans le développement des soins infirmiers dans le milieu militaire canadien.

À partir de 1911, de graves problèmes de santé portent un dur coup au dévouement pourtant inébranlable de Georgina. Elle se rétablit toutefois suffisamment pour être envoyée en Angleterre et en France, où elle travaille dans différents hôpitaux militaires canadiens de septembre 1917 à août 1918. Toutefois, ses problèmes de santé resurgissent et elle doit regagner le Canada.

Georgina Fane Pope se retire à l'Île-du-Prince-Édouard, où elle passe le reste de sa vie. Afin de commémorer sa contribution à la vie militaire, Georgina Fane Pope est enterrée le 9 juin 1938 à Charlottetown avec tous les honneurs militaires. La mémoire de cette personne d’importance historique nationale est immortalisée par une plaque située à Summerside, dans l'Île-du-Prince-Édouard.

Pour plus de renseignements sur le développement des soins infirmiers au Canada, voir La NONIA: un nouveau-né utile à la communauté!, Première pelletée de terre pour une nouvelle résidence d'infirmières et Elles font des vagues: les femmes dans l'armée dans les archives de Cette semaine en histoire

Date de modification :