Cette semaine en histoire

Archives

Les Britanniques capturent le fort Frontenac

Semaine du lundi le 24 août 1998

Le 28 août 1758, le lieutenant-colonel John Bradstreet enlève le fort Frontenac aux forces françaises du lac Ontario. Cette action se déroule dans le cadre de la campagne menée par les Britanniques contre la Nouvelle-France pendant la guerre de Sept Ans, alors que les armées européennes et leurs alliés des Premières Nations s'affrontent pour prendre le contrôle du commerce et des territoires de l'intérieur de l'Amérique du Nord.

Carte de l'Amérique du nord avant la guerre de Sept Ans

Carte de l'Amérique du nord avant
la guerre de Sept Ans **

Les Français construisent le fort Frontenac (aujourd'hui à Kingston, Ontario) en 1673, afin de contrôler les riches territoires à fourrures du bassin des Grands Lacs. Robert Cavelier de La Salle utilise le fort comme base pour explorer l'intérieur de l'Amérique du Nord. Dès 1701, un chapelet de forts français et de postes de traite s'étend le long de l'Ohio et du Mississipi, avec mission, entre autres, d'empêcher la colonisation anglo-américaine de s'étendre vers l'ouest, au-delà des Appalaches. Les provisions et les équipements destinés à ces postes passent surtout par le fort Frontenac. Les Français consacrent également beaucoup d'efforts à se gagner ou à conserver de bonnes relations avec les peuples autochtones du territoire, et particulièrement avec les cinq nations de la Confédération iroquoise (Tsonnontouans, Goyogoins, Onontagués, Agniers et Onneyouts). En 1701, la Confédération iroquoise étend son influence sur une grande partie de l'intérieur des terres, à l'est du fleuve Mississipi.

Les Britanniques réagissent en construisant le fort Oswego, sur la rive sud du lac Ontario, en 1722. L'expansion vers l'ouest des colons américains partis de la côte est vient encore aggraver la tension entre les deux mères patries. Lorsqu'en 1754, les Américains tentent de s'établir dans la vallée de l'Ohio, contrôlée par les Français, la guerre éclate.

Fouilles archéologiques à l'emplacement des fondations du fort Frontenac

Fouilles archéologiques à l'emplacement
des fondations du fort Frontenac

© Cataraqui Archaeological
Research Foundation

Au cours des premières batailles et escarmouches, les Français et leurs alliés autochtones connaissent plus de succès que les Britanniques, mais après 1758, les événements prennent une autre tournure. Avec la chute du fort Frontenac, les Français se voient dans l'incapacité d'approvisionner leurs autres forts. De plus, la Nouvelle-France ne peut plus fournir d'articles de traite à ses alliés autochtones, et les alliances commencent à s'effriter. En fin de compte, la France perd la guerre et doit céder la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne en 1763. Bientôt naît une nouvelle rivalité entre la Grande-Bretagne et ses 13 colonies de la côte est, culminant dans la Révolution américaine.

En reconnaissance de son importance stratégique pour le commerce de la fourrure, le fort Frontenac est commémoré en tant que lieu historique national par une plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada érigée à Kingston, en Ontario. Des fouilles archéologiques ont mis au jour les vestiges du fort. Robert Cavelier de La Salle, le premier explorateur français à atteindre l'embouchure du Mississipi, est reconnu comme une personnalité d'importance historique nationale.


** Carte établie d'après les renseignements tirés des cartes de la division GeoAcces
©1998. Sa Majesté la reine du chef du Canada, avec l'autorisation de Ressources naturelles Canada.
Date de modification :