Cette semaine en histoire

Archives

Les mennonites: une vie de travail et de simplicité

Semaine du lundi le 28 juillet 2003

Le 31 juillet 1874, un bateau à vapeur de la Compagnie de la Baie d’Hudson accoste au Manitoba avec à son bord le premier groupe de mennonites venu s’établir dans cette région. Les nouveaux arrivants ne tardent pas à bâtir des villages au cachet bien particulier.

Arrivée des mennonites au Manitoba (1874)
© Archives du Manitoba / Transportation-Boat-International 1 (N13944)
La culture mennonite éclôt en Suisse en 1536 avec la conversion d’un prêtre catholique hollandais, Menno Simons, à la religion anabaptiste. À la mort de ce dernier, ses disciples, qui prennent le nom de mennonites, continuent à pratiquer un mode de vie où travail, simplicité, entraide et pacifisme dominent. Malgré les persécutions dont ils sont l'objet, leur foi se propage en Allemagne et en Europe du Nord. Dans les années 1780, plusieurs mennonites à la recherche de colonies agricoles émigrent en Russie. D’autres se tournent plutôt vers les États-Unis, espérant y trouver la liberté religieuse. La révolution américaine provoquera cependant un exode vers le Canada où, en 1786, une première communauté permanente s’établit en Ontario.

Avec l’adhésion du Manitoba à la Confédération en 1870, le gouvernement canadien tente d’attirer des colons dans cette contrée encore peu développée. Les mennonites se posent alors comme candidats idéals. Les États-Unis font toutefois concurrence au Canada pour s’approprier ces cultivateurs modèles. Le gouvernement canadien, qui sait que les Américains ont une longueur d’avance en raison de la qualité supérieure de leurs terres, offre de nombreux avantages afin d’attirer les mennonites. La liberté de religion, le droit de posséder leurs propres écoles et l’exemption du service militaire font pencher la balance en faveur du Canada pour environ 7 000 des 18 000 mennonites qui émigrent en Amérique du Nord dans les années 1870.

C’est ainsi qu’à l’été 1874, quelque 385 mennonites en provenance de Russie débarquent au Canada. Depuis Toronto, ils voyagent à travers les États-Unis puis, à bord du S.S. International, ils empruntent la rivière Rouge pour se diriger vers le Manitoba où des terres leur sont réservées. Ils y organisent rapidement une série de villages selon le modèle mennonite russe traditionnel. Les premières années sont plutôt difficiles pour ces nouveaux venus, mais les surplus qu’ils parviennent bientôt à produire grâce au travail collectif élèveront ces communautés au rang des plus prospères de la région.

La maison-grange de Peter P. Hamm à Neubergthal, au Manitoba, est un bon exemple d'architecture typiquement mennonite.
© Courtoisie de P.G. Hamm
Plus de 100 villages mennonites voient le jour dans les plaines du Manitoba avant le tournant du 20e siècle. Parmi ceux qui existent toujours, Neubergthal, fondé en 1876, attire particulièrement l’attention. Même s’il a subi des transformations depuis 125 ans, cet endroit a tout de même su conserver des attraits distincts, tels l’aménagement centré autour d’une seule rue, le modèle des jardins et l’architecture traditionnelle des maisons-granges. Pour ces raisons, le Village de Neubergthal a été désigné lieu historique national du Canada.

Date de modification :