Cette semaine en histoire

Archives

Construction du canal de Lachine

Cette histoire est parue à l'origine en 2000

Le 17 juillet 1821, une première pelletée de terre signale le début de la construction du canal de Lachine et le lancement d'un important programme de construction de canaux au Canada. Elle symbolise également les efforts déployés par des marchands de Montréal pour garder le commerce de l'intérieur des Grands Lacs dans le port de Montréal.

Le canal de Lachine, à son ouverture en 1824

Le canal de Lachine, à son ouverture en 1824
© H. Burnett / BAC / C-113716

Les rapides de Lachine, à Montréal, font obstacle à l'expansion de la colonisation et du commerce vers l'intérieur du pays depuis les débuts de la Nouvelle-France. Pour éviter les rapides, biens et marchandises doivent être transportés à grands frais dans des chars à boeuf sur une distance de 14 kilomètres entre Montréal et Lachine, au bout de l'île de Montréal. Dès 1689, le supérieur de l'ordre des Sulpiciens, François Dollier de Casson, veut construire un canal pour contourner les rapides de Lachine, mais la roche est trop dure à creuser. On renonce à l'entreprise jusqu'en 1817, lorsque les Américains entreprennent la construction du canal Érié destiné à détourner le commerce de l'intérieur des Grands Lacs vers New York, au sud, loin de Montréal.

Encouragée par les marchands de Montréal, la province du Bas-Canada (Québec) riposte en juillet 1821 en aménageant un canal entre Montréal et Lachine. Terminé en août 1824, le canal de Lachine marque le début d'une ère de construction de canaux au Canada. Il fait également de Montréal le centre commercial du Canada pour l'exportation du grain, de la farine, de la potasse et du bois, pour l'importation de biens manufacturés, pour le transport et pour la prestation de services bancaires et commerciaux. Le canal permet également à Montréal de demeurer la porte d'entrée des immigrants en route vers l'intérieur du pays.

Le canal de Lachine élargi, en 1882, bordé par<br>les industries de l'époque, alimentées à la vapeur.

Le canal de Lachine élargi, en 1882, bordé par
les industries de l'époque, alimentées à la vapeur.

© Canadian Illustrated News July 1, 1882.

Dans les années 1840, le canal de Lachine est élargi pour accomoder les navires plus gros et produire de l'énergie hydroélectrique à des fins industrielles. Des fonderies de fer, des ateliers de chaudronnerie et de fabrication de machines à vapeur, des fabriques de textiles, des ateliers de transformation des métaux et des meuneries, tous alimentés à l'hydroélectricité, s'établissent le long du canal, de même que des ateliers de transformation du bois et des fabriques de clous et de crampons. Montréal devient le véritable centre industriel du Canada, tout en conservant son importance au plan commercial.

Agrandi de nouveau entre 1873 et 1884, le canal Lachine continue de jouer un rôle important dans le réseau des canaux nationaux et dans le développement de Montréal jusqu'à l'ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent, en 1959. Cédant la place à celle-ci, le canal ferme en 1971.

L'écluse de Saint-Gabriel

L'écluse de Saint-Gabriel
© Parcs Canada / P.-É. Cadorette / 2002

Depuis 1997, Parcs Canada, en collaboration avec Héritage Montréal, mènent un méga projet de construction le long du canal et ses abords, portant notamment sur la restauration de ses murs et de ses écluses, l’ajout de passerelles et de ponts, l’amélioration de la piste cyclable longeant son cours et la construction d’un centre d’accueil des visiteurs à proximité de l’Écluse de Lachine. La revitalisation est terminée en 2002 et le 17 mai de cette année, une trentaine d’années après la fermeture à la navigation, le canal est de nouveau ouvert à la navigation de plaisance.

Aujourd'hui le lieu historique national du Canada du Canal de Lachine continue de préserver et d'interpréter activement le patrimoine industriel du corridor du canal de Lachine.

Pour plus d'information, veuillez aller au lieu historique national du Canada du Canal-de-Lachine.

Date de modification :