Cette semaine en histoire

Archives

Une colonie britannique pas vraiment britannique

Cette histoire est parue à l'origine en 1999

Le 8 juin 1753, 1453 hommes, femmes et enfants d'Europe centrale fondaient la ville de Lunenburg, en Nouvelle-Écosse. Il s'agissait là d'un des premiers efforts de colonisation planifiée du gouvernement britannique au Canada.

Le port de l'Arrondissement-Historique-du-Vieux-Lunenburg

Le port de l'Arrondissement-Historique-du-
Vieux-Lunenburg

© Parcs Canada / P. St. Jacques / 1996

Pour faire contrepoids à la présence catholique française en Nouvelle-Écosse, le gouverneur en chef britannique, Edward Cornwallis, avait recruté de loyaux protestants en Allemagne, en Suisse et dans la région de Montbéliard, en France. Nombre de ces colons subissaient depuis longtemps les ravages des armées de Louis XIV; la possibilité de posséder une terre et d'entreprendre une nouvelle vie en Nouvelle-Écosse constituait donc pour beaucoup d'entre eux la concrétisation d'un rêve.

Entre 1750 et 1752, environ 2000 colons, de langue allemande pour la plupart, débarquèrent à Halifax et y attendirent de pouvoir intégrer leur nouveau foyer. Les Britanniques leur avaient promis des fournitures et des matériaux de construction, mais les colons devaient rembourser le coût de leurs passages en Amérique en prêtant main-forte à des travaux publics. Au début de juin 1753, la majorité d'entre eux purent faire voile vers leur destination finale, Lunenburg, établissement baptisé en l'honneur du duc de Braunschweig-Lüneburg, couronné roi d'Angleterre sous le nom de George II en 1727.

Romkey House, une des plus vieilles maisons du Vieux-Lunenburg

Romkey House, une des plus vieilles maisons
du Vieux-Lunenburg

© Nova Scotia Archives & Records Management /
La Collection Bailey

Lunenburg fut rigoureusement aménagée suivant un modèle élaboré par le Board of Trade and Plantations à Londres. L'endroit comptait sept rues allant du nord au sud qui mesuraient toutes exactement 48 pieds de largeur sauf la rue King, large de 80 pieds. Neuf rues de 40 pieds de largeur couraient d'est en ouest, croisant les premières à angle droit. À leur arrivée, les colons reçurent tous un lot en ville et une terre agricole de 30 acres. Bon nombre d'entre eux s'installèrent sur ces fermes l'été suivant et reçurent gratuitement du bétail du gouvernement britannique. En 1754, la ville de Lunenburg comptait 319 maisons et de nombreuses cabanes. C'est aussi à Lunenburg que s'établirent les premières communautés de luthériens et de presbytériens en Amérique du Nord, confessions qui y sont encore présentes de nos jours.

Le Vieux-Lunenburg renferme près de 300 bâtiments datant des 18e et 19e siècles, pratiquement tous en bois, dont bon nombre sont peints de couleurs vives. Une plaque marquant l'endroit comme lieu historique national a été installée en 1992. Lunenburg est l'un des exemples les mieux préservés de planification urbaine de l'Empire britannique en Amérique du Nord.

L'église anglicane St. John

L'église anglicane St. John
© Parcs Canada / IBHC / 1971

En 1994, l'église anglicane St. John, située au centre du Vieux-Lunenburg, est designée comme lieu historique national. L'église est cependant endommagée par un incendie durant la nuit du 31 octobre 2001. Celle-ci est maintenant en voie d'être restaurée par la communauté. Immédiatement après le feu, le personnel de Parcs Canada a rencontré les représentants de l'église et de la ville et continue à soutenir leurs efforts pendant la reconstruction en fournissant une expertise professionnelle et technique.

L'Arrondissement-Historique-du-Vieux-Lunenburg a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1995, et la ville commémore son 250e anniversaire en 2003.

Date de modification :