Cette semaine en histoire

Archives

L’artère principale du Haut-Canada

Semaine du lundi le 27 janvier 2003

Le 29 janvier 1796, le premier tronçon de la rue Yonge, à York (Toronto) ouvre à la circulation. D’abord une voie militaire et commerciale destinée à relier le lac Ontario au secteur supérieur des Grands Lacs, la rue Yonge est aujourd’hui l'une des principales artères de la province. Elle a été un instrument de colonisation et d’expansion, en plus d’être à l’occasion la scène d’actes de violence.

Les Queen's Rangers, sous le commandement du lieutenant-gouverneur Simcoe, coupant la rue Yonge, 1795.

Les Queen's Rangers, sous le commandement du
lieutenant-gouverneur Simcoe, coupant la rue Yonge, 1795.

© BAC / C.W. Jefferys / C-073665

La rue est nommée en l’honneur de sir George Yonge, ministre britannique de la Guerre. Son tracé est conçu par John Graves Simcoe, le premier lieutenant-gouverneur du Haut-Canada. Simcoe construit le premier tronçon de la rue Yonge en prévision d’une invasion américaine. Au départ, il confie les travaux aux Queen’s Rangers, le régiment qu’il a commandé pendant la guerre de l’indépendance américaine. Les colons en quête de terres gratuites poursuivent la construction de la route dont ils assurent aussi l’entretien : ils doivent déboiser un acre de forêt, aménager un quart de mille de route et faire les réparations d’urgence. Les colons ne sont pas les seuls à être mis à contribution; en 1800, la Stump Act (littéralement, la loi sur les souches) oblige toute personne reconnue coupable d'ivresse publique à retirer grumes et souches de la voie publique.

La rue Yonge a tôt fait d’être la principale voie d’accès à York depuis le Nord. Plusieurs pages de l’histoire de Toronto s’y écrivent. L’une des plus célèbres date de la rébellion de 1837, alors que William Lyon Mackenzie et ses rebelles empruntent la rue Yonge pour aller attaquer le « pacte de famille » qui gouverne la province à partir de York. La milice s’étant ralliée au lieutenant-gouverneur Bond Head, les rebelles sont défaits.

Vue du côté est de la rue Yonge, du sud de la rue de la Reine.

Vue du côté est de la rue Yonge,
du sud de la rue de la Reine.

© BAC / John Boyd / RD-000014

Le transport en commun stimule le développement du tronçon sud de la rue Yonge au détriment de son tronçon nord. En 1861, la Toronto Street Railway Company inaugure sur la rue Yonge la toute première ligne de tramway au Canada, qui sera plus tard remplacée par la première ligne de métro au pays. À la fin des années 1930, à la suite de la construction d’imposants magasins à rayons comme Eaton’s et Simpson’s, la rue Yonge devient la principale rue commerciale de Toronto. On y trouve également plus de tavernes que dans n’importe quelle autre rue de la province et, à la fin des années 1930, elle a la réputation d’attirer des foules mal dégrossies.

De nos jours, la rue Yonge comprend 1 900 km de voies interreliées menant jusqu’à Rainy River (Ontario). Depuis 1796, la « plus longue rue au monde » a joué un rôle majeur dans l’ouverture du centre de l’Ontario à la colonisation, au commerce et au tourisme. Une plaque commémorant l’importance historique nationale de la construction de la rue Yonge a été installée à Oak Ridges.

Date de modification :