Cette semaine en histoire

Archives

L'esclavage est remis en cause au Haut-Canada

Semaine du lundi le 6 juillet 1998

Le 9 juillet 1793, la « Loi coloniale pour prévenir l'introduction d'autres esclaves et pour limiter la durée des contrats de servitude » obtenait la sanction royale au Haut-Canada, aujourd'hui le sud de l'Ontario. Cette loi était une initiative personnelle du lieutenant-gouverneur John Graves Simcoe, et constituait un premier pas prudent vers une plus grande justice à l'égard du petit nombre d'esclaves d'origine africaine au Canada.

La Loi de 1793 contre l'esclavage :
les points marquants
  • Le statut des personnes qui étaient esclaves demeurerait le même.
  • Les enfants esclaves nés après 1793 seraient affranchis à l'âge de 25 ans.
  • L'importation d'autres esclaves au Haut-Canada était interdite.
  • Tous les esclaves amenés dans la province par leurs propriétaires ou atteignant la province par leurs propres moyens après 1793, seraient automatiquement affranchis.
Le Canada n'a jamais développé une agriculture de plantation ayant recours à des esclaves comme ce fut le cas dans les Antilles et dans le Sud des État-Unis. Pourtant, jusqu'en 1834, les Canadiens permettaient la propriété d'êtres humains et la respectaient. Le premier esclave noir connu au Canada a été le petit Olivier Lejeune, âgé de six ans, amené de Madagascar en 1628. En 1689, le roi Louis XIV de France autorisait les colons à importer des esclaves pour les aider à défricher les terres et pour leur servir de domestiques.

En Angleterre, on met fin à l'esclavage en 1772. Amené en Angleterre par son propriétaire, James Somerset, un esclave de Virginie, prend la fuite. Il voit sa liberté confirmée par un tribunal qui statue que l'esclavage viole le droit coutumier anglais et ne peut exister dans les limites de l'Angleterre. Cette décision ne touche pas les colonies, mais la sympathie des juges et des jurys des colonies va souvent vers les esclaves fugueurs plutôt que vers les propriétaires. Aussi, les tribunaux de la Nouvelle-Écosse demandent des preuves irréfutables de propriété dans les cas mettant en cause des esclaves fugueurs.

« Femme de couleur », Haut-Canada, v. 1830

« Femme de couleur », Haut-Canada, v. 1830
© Aquarelle de Caroline Estcourt / BAC / C-093963

Simcoe, lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, affirme que l'enseignement chrétien condamne l'esclavage et que la Constitution britannique ne le permet pas. Il doit cependant faire face à l'opposition d'éminents et puissants citoyens du Haut-Canada qui acceptent et soutiennent l'esclavage. William Jarvis (secrétaire de la province), Robert Gray (procureur général), ainsi que d'autres chefs de file politiques et sociaux, possédent eux-mêmes des esclaves. Neuf membres nommés du Conseil législatif, et six des seize premiers membres élus de l'Assemblée législative, sont aussi propriétaires d'esclaves ou membres de familles qui en possédent. Il n'est donc pas étonnant que Simcoe n'ait pu imposer l'abolition complète et immédiate de l'esclavage! En fin de compte, le Parlement britannique abolit l'esclavage dans tout l'Empire, y compris au Haut-Canada, en 1834. (Les États-Unis ne devaient emboîter le pas qu'en 1865.)

La loi de 1793 fait du Haut-Canada le premier territoire britannique à légiférer contre l'esclavage. La loi introduite par Simcoe fait appel à l'opinion publique, et encourage des milliers de Noirs des États-Unis à venir chercher la liberté au Haut-Canada. Sur la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, la loi de 1793 a été commémorée en 1993 par une plaque érigée dans l'ancienne capitale provinciale, Niagara-on-the-Lake. La Commission a également reconnu l'importance de la rédactrice Mary Ann Shadd et du leader communautaire Josiah Henson, deux partisans de la liberté qui devaient trouver un nouveau foyer au Haut-Canada. Le livre du défenseur des droits de la personne Daniel G. Hill, The Freedom Seekers, Blacks in Early Canada (Toronto: Book Society of Canada, 1981), trace le portrait de ces personnalités, ainsi que de nombreux autres Canadiens d'origine africaine.

Date de modification :