Cette semaine en histoire

Archives

Une « bombe » dans la lutte contre le cancer

Semaine du lundi le 21 octobre 2002

Le 27 octobre 1951, au London Regional Cancer Centre, à London (Ontario), on employait pour la première fois la radiothérapie au cobalt-60 pour soigner une personne atteinte d'un cancer. La mise au point de ce nouveau traitement par des scientifiques canadiens marquait une avance importante dans la lutte contre le cancer.

Un mannequin démontre l'usage<br>de l'appareil radiothérapie Cobalt-60

Un mannequin démontre l'usage
de l'appareil radiothérapie Cobalt-60

© BAC / PA111543

À la fin des années 1940, alors que les taux de cancer augmentaient partout dans le monde, deux équipes de chercheurs canadiens, l’une à Saskatoon (Saskatchewan) et l’autre à London (Ontario), se donnèrent pour tâche d'inventer un nouveau traitement. La technologie d’alors utilisait les rayons gamma émis par le radium, un élément radioactif naturel, pour attaquer les tumeurs; cependant, le radium était très coûteux, était actif surtout dans le cas des petites tumeurs superficielles et nécessitait un traitement prolongé pour être efficace.

Il fut donc proposé de remplacer le radium par le cobalt-60. Cet isotope radioactif du cobalt était à la fois moins coûteux et plus puissant. Le laboratoire nucléaire du Canada à Chalk River (Ontario) était l’un des rares endroits au monde en mesure de produire d'importantes quantités de cobalt-60. Toutejois, avant de pouvoir l’utiliser pour traiter le cancer, il fallait créer une machine pour contenir ce matériau hautement radioactif et en concentrer les rayons sur des tumeurs situées profondément dans l’organisme.

Les équipes de Saskatoon et de London avaient pour tâche de mettre au point cet appareil. Travaillant séparément, mais en coopération, elles échangeaient des idées au sujet des problèmes, des critères de performance et de la conception. Le 18 août 1951, l’équipe de Saskatoon, sous la direction du physicien Harold E. Johns et formée d’étudiants diplômés en physique de l’University of Saskatchewan, réalisa le premier appareil de téléthérapie au cobalt-60. Deux mois plus tard, l’équipe d’ingénieurs de London employée par la Eldorado Mining and Refining Company, les médecins du Victoria General Hospital de London et les chercheurs de l’University of Western Ontario furent les premiers à traiter un cancéreux. Bien que légèrement différents, les concepts des deux équipes étaient réussis.

Un travailleur d'usine enfile des<br>chaussons protecteurs, Chalk River (Ont.)

Un travailleur d'usine enfile des
chaussons protecteurs, Chalk River (Ont.)

© BAC / PA-111377

Trompeusement nommée « bombe au cobalt » à cause de l’utilisation médicale positive qui était faite de l’énergie atomique par contraste avec la bombe atomique, l’appareil de téléthérapie au cobalt-60 a amélioré le traitement des cancers dans le monde entier. Non seulement plus compacts et plus efficaces dans le traitement des tumeurs cancéreuses profondes que tous les appareils de radiothérapie antérieurs, ceux-ci étaient également 6 000 fois moins coûteux! Entre 1951 et 1971, Énergie atomique du Canada limitée a vendu 965 appareils au cobalt-60 à 53 pays.

Après 1965, de nouvelles technologies ont dans une large mesure remplacé les appareils de téléthérapie au cobalt-60, mais ils sont encore utilisés dans certains pays. La mise au point de l’appareil de radiothérapie au cobalt-60 au Canada est reconnue comme un événement historique national.

Date de modification :