Cette semaine en histoire

Archives

Une journaliste et militante exceptionnelle : E. Cora Hind

Semaine du lundi le 16 septembre 2002

E. Cora Hind naît le 18 septembre 1861 à Toronto. Persévérante et déterminée, celle-ci deviendra l’une des premières femmes journalistes et militera en faveur des droits des femmes.

E. Cora Hind

E. Cora Hind
© Archives provinciales du Manitoba
Canadian Women's Press Club 7

Élevée sur une ferme ontarienne par sa tante et son grand-père paternel, E. Cora Hind aquiert très tôt une excellente connaissance de l’agriculture et de l’élevage. À 21 ans, avec sa tante, elle déménage à Winnipeg pour relever de nouveaux défis. À son arrivée au Manitoba, elle caresse le rêve de devenir journaliste, profession qu’exercent déjà quelques femmes aux États-Unis. Même si Cora est armée d’une lettre de référence à l’intention du rédacteur en chef du Manitoba Free Press, elle se voit refuser un poste sous prétexte que le milieu journalistique ne convient pas aux femmes. Bien qu’amèrement déçue de l’injustice dont elle est victime, Cora n’abandonne pas. Elle loue une machine à écrire et apprend à s’en servir efficacement, devenant la première sténographe de l’Ouest du pays. Ce nouvel emploi lui permet de développer un bon réseau de contacts, et le Manitoba Free Press accepte parfois de publier ses textes, qui ne sont évidemment pas signés.

En 1898, alors que la pluie a retardé les récoltes de blé dans l’Ouest canadien, le colonel John Bayne Maclean, un éditeur important, fait appel aux services de Cora pour obtenir un compte rendu de l’état des récoltes. L’exactitude de ses prédictions lui vaut une reconnaissance qui devient vite internationale, puisque son expertise lui permet de prédire avec justesse, année après année, la qualité des récoltes. En 1901, plus de vingt ans après avoir soumis sa candidature au Manitoba Free Press, E. Cora Hind y obtient un poste de journaliste agricole. Atteignant enfin le but qu’elle s’était fixé, c’est avec enthousiasme que la Manitobaine d’adoption rend compte du développement de l’Ouest à ses lecteurs.

Tête dirigeante du <i>Manitoba Equal Suffrage Club</i><br> dont E. Cora Hind (à gauche) faisait partie

Tête dirigeante du Manitoba Equal Suffrage Club
dont E. Cora Hind (à gauche) faisait partie

© Archives provinciales du Manitoba
Collection Manitoba Equal Suffrage Club 1

En plus d’exercer une profession habituellement réservée aux hommes, E. Cora Hind est une féministe active. Elle manifeste d’abord son engagement au sein du Winnipeg Women’s Christian Temperance Union, groupe qui lutte pour la prohibition de l’alcool et pour différentes autres causes sociales. Puis, militant aux côtés de personnalités importantes telles que Nellie McClung, elle est l’un des membres fondateurs de la Political Equality League, qui est à l’origine du mouvement pour le suffrage féminin. Grâce entre autres aux pressions de ce groupe, le Manitoba devient, en 1916, la première province canadienne à accorder le droit de vote aux femmes.

Récipiendaire d’un doctorat honorifique de l’Université du Manitoba, la journaliste et militante E. Cora Hind s’éteint en 1942, à l’âge de 81 ans. Elle a été désignée personne d'importance historique nationale en 1997.

Date de modification :