Cette semaine en histoire

Archives

St. John's en flammes

Semaine du lundi le 9 juillet 2001

Le 8 juillet 1892, en après-midi, une pipe échappée dans une meule de foin déclenchait un terrible incendie à St. John's (Terre-Neuve). Ce triste événement, qui ravagea les deux-tiers de la ville, transforma le paysage architectural de St. John's.

St. John's après le Grand Feu de 1892

St. John's après le Grand Feu de 1892
© Archives provinciales de Terre-Neuve et du Labrador /
PANL B 15-99

Au 19e siècle, St. John's connaissait de graves problèmes d'urbanisation et d'incendies. Les édifices en bois construits rapidement, sont rapprochés et placés au hasard le long de rues étroites et sinueuses. Lors du Grand Feu de 1892, la sécheresse qui sévit et le grand vent du nord-ouest qui souffle sur la ville favorisent la propagation des flammes. Au terme d'une nuit de brasier, on dénombre deux morts et 11 000 sans-logis. Écoles, édifices publics et plusieurs commerces sont partis en fumée. Les murs extérieurs de quelques bâtiments en pierre se dressent encore dans les cendres. Cela permet la restauration de l'ancienne banque de la British North America, une des plus vieilles institutions bancaires de Terre-Neuve. De même, on reconstruit la cathédrale anglicane St. John the Baptist, où les flammes avaient fait fondre les vitraux et dévoré l'intérieur. La nouvelle cathédrale néo-gothique possède de magnifiques vitraux, dont le seul du bâtiment original qui ait survécu aux flammes.

Même si l'incendie a détruit presque tout le centre-ville, quelques maisons et magasins ont échappé aux flammes, notamment dans l'ouest du secteur commercial de la rue Water. Construits en pierre dans les années 1840 près du port, les bâtiments Murray abritaient des entrepôts, des magasins, des bureaux et des logements. Leur architecture, déterminée par leur fonction plutôt que par leur esthétisme, reflète l'intensité des activités économiques liées à la vie maritime de St. John's. Les riches maisons en brique de Devon Row furent aussi sauvées grâce aux occupants qui humidifièrent les toits avec des couvertures mouillées et balayèrent les tisons sur les balcons en bois.

Bâtiments Murray

Bâtiments Murray
© Parcs Canada / CIHB / Colin Old

Lors de la reconstruction, on privilégia le style Second Empire, appelé localement « Southcott » en l'honneur d'un des principaux architectes de la ville. Les toits courbés en mansarde remplaçèrent les pignons et on multiplia les lucarnes et les baies vitrées. Le style Queen Anne, plus décoratif et varié, fut surtout utilisé par les marchands aisés. Les mesures préventives encouragèrent l'élargissement de certaines rues et les édifices en maçonnerie. Toutefois, plusieurs furent rebâtis en bois.

La reconstruction rapide de la ville témoigne du dynamisme de St. John's. Plusieurs bâtiments ayant survécu au Grand Feu de 1892, dont la cathédrale anglicane St. John the Baptist et les bâtiments Murray, ont été désignés lieux historiques nationaux.

Date de modification :