Cette semaine en histoire

Archives

Abolition d'un parc national!

Semaine du lundi le 25 juin 2001

Le 24 juin 1938, l'abolition du parc national Wawaskesy (« antilope » en cri) reçoit la sanction royale. Si une telle mesure est rare, elle n'est cependant pas unique : le parc national Menissawok (« propriété commune » en cri) fermera en 1930, et Nemiskam (« entre deux coulées » en siksika) et Buffalo, en 1947. Ironiquement, leur disparition témoigne du succès des parcs nationaux dans la sauvegarde de deux espèces menacées, le bison et l'antilope d'Amérique.

Anciens parcs nationaux

Anciens parcs nationaux
© Parcs Canada / Lisa Forbes

En 1906, dans le cadre des efforts qu'il déploie pour éviter l'extinction de l'espèce, le gouvernement fédéral achète à Michel Pablo, du Montana, le dernier troupeau de bisons sauvages en Amérique du Nord. Les bêtes sont d'abord expédiées à Elk Island, puis au nouveau parc national Buffalo. En 1910, celui-ci abrite plus de 700 bisons qui y prospèrent. Cependant, leur nombre croissant entraîne un surpâturage et la maladie vient affaiblir le troupeau en captivité. En 1921, les premiers animaux « excédentaires » sont tués. Face à l'outrage du public, le parc décide d'envoyer les bisons excédentaires dans le nord, au parc national Wood Buffalo, mais la solution est provisoire. En 1939, les 700 bisons du troupeau original ont produit  27 000 descendants. L'espèce est désormais sauvée, mais beaucoup de bêtes du parc national Buffalo sont malades et affamées. Elles sont abattues pendant l'hiver 1940-1941 et le parc est cédé aux autorités militaires.

L'administration du parc national prend également des mesures pour sauver l'antilope, dont les spécialistes prédisent l'extinction vers le début du siècle. Le commissaire des parcs du Dominion, J.B. Harkin, demande à Ernest Thompson Seton d'aider sa direction à trouver des endroits où établir des réserves d'antilopes. En 1914, Seton suggère Wawaskesy, au nord de Medicine Hat, et Menissawok, dans les collines Cypress. La découverte d'un petit troupeau près de Foremost, en Alberta, et l'appui des propriétaires fonciers locaux mènent à la création du petit parc national Nemiskam en 1915. Tous trois deviendront officiellement des parcs nationaux en 1922.

Bison au parc national Buffalo, Alb.

Bison au parc national Buffalo, Alb.
© Glenbow Archives, Calgary, Canada /
ND-8-246

Ces parcs ont contribué à sauver des espèces au bord de l'extinction. Les antilopes du parc ont donné naissance aux troupeaux qui se sont répandus dans toutes les prairies du sud de la Saskatchewan et de l'Alberta. La disparition des parcs Menissawok et Wawaskesy est donc passée presque inaperçue. En 1946, avec près de 30 000 antilopes en liberté, le dernier parc, Nemiskam, n'était plus nécessaire.

De nos jours, on trouve des bisons dans les parcs nationaux Elk Island, Prince Albert et Wood Buffalo, et des antilopes dans le parc national des Prairies. James Bernard Harkin et Ernest Thompson Seton ont été désignés personnes d'importance historique nationale. La préservation du bison des plaines est un événement d'importance historique nationale commémoré au parc national Elk Island.

Date de modification :