Cette semaine en histoire

Archives

Sam Langford

Semaine du lundi le 5 mars 2001

Sam Langford est peut-être le plus habile des boxeurs ayant jamais disputé un titre. Cependant, à une époque où la plupart des boxeurs blancs refusaient de franchir la « barrière de la couleur » et d'affronter des Noirs, Langford fut incapable de surmonter ces obstacles.

Sam Langford

Sam Langford
© Avec la permission de la
Black Cultural Centre for Nova Scotia

Né à Weymouth Falls (Nouvelle-Écosse) en 1880, Langford quitte la maison familiale dès son jeune âge. Il aboutit à Boston où il fait mille et uns travaux pour subvenir à ses besoins. Il a 16 ans lorsqu'il commence sa carrière de boxeur professionnel.

En 1906, Langford affronte un autre boxeur noir, Jack Johnson, sans doute l'adversaire le plus craint de l'histoire. Avec ses six pieds et ses 187 livres, Johnson pense venir à bout facilement de Langford qui, à cinq pieds sept pouces, ne pèse que 151 livres. Il n'en est rien. Johnson est vainqueur sur décision après 15 rounds, mais Langford produit une forte impression sur le champion. Johnson évitera le match de revanche et les deux hommes ne s'affronteront plus jamais.

Au début du 20e siècle, le monde de la boxe est imprégné par le racisme et bien des boxeurs noirs en sont les victimes. Le surnom de Langford, « Boston Tar Baby » (le Bostonnais goudronné), reflète bien la mentalité de l'époque. Quand Jack Johnson l'emporte sur le boxeur canadien blanc Tommy Burns en 1908, beaucoup se mettent à la recherche d'un autre « grand espoir blanc » susceptible de détrôner Johnson. Toutefois, Johnson refuse toujours de relever les défis que lui lance Langford, prétendant qu'un combat entre deux noirs serait peu rentable. Quand Johnson est enfin défait en 1915, les champions blancs refusent de nouveau de se battre contre des Noirs. Il faudra attendre 22 ans l'avènement d'un nouveau champion noir, Joe Louis.

Le match entre Sam Langford (gauche) et Jack Johnson

Le match entre Sam Langford (gauche) et Jack Johnson
© Dessin par Joe Ryan / Avec la permission de la
Black Cultural Centre for Nova Scotia

Langford continuera de gagner sa vie en affrontant des boxeurs plus gros et plus forts. Cependant, malgré plus de 250 combats en carrière, il n'aura jamais la chance de participer à un championnat. À la fin, le métier aura raison de Langford. Quand il prend sa retraite, vers 1923, il est presque complètement aveugle. Il vit dans la misère à New York jusqu'à ce qu'un journaliste sportif le trouve et recueille suffisamment d'argent pour lui permettre d'aller finir ses jours dans une maison de repos de Boston.

Sam Langford meurt en 1956. Il est commémoré à titre de personne d'importance nationale par une plaque posée dans sa ville natale, Weymouth Falls (Nouvelle-Écosse). Il est aujourd'hui reconnu comme un véritable héros du sport canadien.

Date de modification :