Cette semaine en histoire

Archives

Champion de la liberté!

Semaine du lundi le 26 février 2001

Le 26 février 1851, George Brown et d'autres Torontois fondent la Anti-Slavery Society of Canada (Société anti-esclavagiste du Canada), en réaction à la Fugitive Slave Law de 1850 adoptée aux États-Unis et qui incitait de nombreux réfugiés noirs américains à fuir au Canada.

George Brown

George Brown
© BAC / PA-1079

Le mouvement abolitionniste était fortement ancré dans l'Empire britannique et nombre d'hommes et de femmes éminents prenaient part au débat. C'est ainsi que fut adoptée la Upper Canadian Act of 1793 Against Slavery, qui limitait l'esclavage au Canada et garantissait la liberté à quiconque entrait au Haut-Canada. La Imperial Act de 1833 irait plus loin encore en abolissant l'esclavage dans tous les territoires britanniques. Toutefois, l'esclavage avait encore cours dans le Sud des États-Unis. De nombreux esclaves fuyaient vers les États du Nord, mais la Fugitive Slave Law changea tout en permettant aux propriétaires d'esclaves du Sud d'arrêter les réfugiés, et même les Américains libres d'origine africaine, sans mandat ni jugement. La loi prévoyait également des sanctions à l'endroit des habitants du Nord qui aidaient les fugitifs. De nombreux Canadiens prenaient conscience de la situation alors que des vagues régulières de réfugiés empruntaient le « chemin de fer clandestin » pour se rendre au Canada.

St. Lawrence Hall

St. Lawrence Hall
© Parcs Canada / B. Morin

George Brown était un abolitionniste et un activiste politique qui souhaitait l'interdiction de l'esclavage tant en vertu de la loi que dans les faits. Dans les années 1840 et 1850, il publia dans son quotidien The Globe (aujourd'hui The Globe and Mail) des articles et des éditoriaux qui condamnent l'esclavage aux États-Unis. En 1851, après l'adoption de la Fugitive Slave Law, Brown et un groupe d'hommes bien connus de Toronto convoquèrent une réunion publique pour traiter du problème. Une foule débordante envahit le St. Lawrence Hall et appuya à l'unanimité la création de la Anti-Slavery Society of Canada qui visait à mettre un terme à l'esclavage, d'abord aux États-Unis. Outre leurs allocutions et leurs écrits contre l'esclavage, nombre d'abolitionnistes, noirs et blancs, hommes et femmes, aidaient les réfugiés à parvenir au Canada grâce au chemin de fer clandestin. Ils se joignaient également aux dirigeants des groupes de réfugiés dans leur lutte contre l'extradition vers les États-Unis et pour l'obtention des mêmes services pour tous, comme l'éducation.

George Brown, abolitionniste, fondateur du quotidien The Globe et Père de la Confédération, est commémoré à la Maison-George-Brown à Toronto (Ontario). Deux autres lieux historiques nationaux sont associés à l'abolitionnisme à Toronto, soit le St. Lawrence Hall, lieu de rencontre de la Anti-Slavery Society of Canada, et Osgoode Hall, associé aux cas d'extradition. La Upper Canadian Act of 1793 Against Slavery et le chemin de fer clandestin, commémorés respectivement à Niagara-on-the-Lake et à Windsor (Ontario), sont des événements d'importance historique nationale.

Date de modification :