Cette semaine en histoire

Archives

Shadrach Minkins

Semaine du lundi le 12 février 2001

En ce matin du 15 février 1851 la vie de Shadrach Minkins va basculer pour toujours quand des agents fédéraux américains viennent l'arrêter sur son lieu de travail. Quel crime a donc commis ce serveur de Boston? Esclave en Virginie, il a simplement faussé compagnie à ses maîtres l'année précédente!

Quelques heures plus tard, il est inculpé d'évasion par un commissaire du gouvernement fédéral américain. Sa cause servira à tester la nouvelle loi sur les esclaves fugitifs, qui permet aux propriétaires d'esclaves de demander l'aide du gouvernement fédéral pour rattraper les fugueurs. Toutefois, alors que Minkins quitte sous bonne escorte la salle du tribunal, un groupe de Noirs envahit l'édifice, maîtrise les gardes et délivre Minkins. Ne demandant pas son reste, ce dernier prend la route de l'exil et disparaît de Boston à tout jamais.

La route de Shadrach Minkins à Montréal

La route de Shadrach Minkins à Montréal
© Parks Canada / Jarred Picher

Comme nombre de ses semblables qui s'étaient réfugiés dans les États du Nord, et qui avaient pu y vivre en relative sécurité jusqu'à l'adoption de la loi de 1850 concernant les fugitifs, Minkins va devoir pousser plus au nord et, cette fois-ci, mettre le cap sur le Canada. On le dirige vers la ville de Concord, au Massachusetts, pour qu'il rejoigne le « Chemin de fer clandestin », filière qui aide les esclaves noirs à fuir le Sud et à regagner leur liberté. Avec l'assistance de ce groupe, Minkins traverse le New Hampshire et le Vermont et atteint enfin la province de Québec six jours après son évasion.

À cette époque, le passage au Canada est crucial pour Minkins et les milliers d'autres esclaves fugitifs, car il est synonyme de visa pour la liberté. L'esclavage n'existe plus au Canada et, de tout temps, un seul fugitif a été officiellement reconduit à la frontière américaine. Minkins n'ignore certainement pas que le racisme existe aussi au Canada, mais il sait que, dans ce pays, tous les hommes sont égaux face à la loi, quelle que soit la couleur de leur peau. Il y aura donc le droit de voter, d'être propriétaire et de siéger à un jury, ce qui est impossible pour la plupart des Noirs américains. Minkins s'établit à Montréal où il épouse une Irlandaise (Mary) qui lui donnera deux enfants. Il mourra en 1875.

Il était plutôt rare que des esclaves fugitifs s'établissent à Montréal, la plupart préférant le Sud-Ouest de l'Ontario. Plusieurs sites de cette région dont le passé est associé au chemin de fer clandestin, comme l'établissement Buxton près de Chatham et l'église Nazrey AME de Amherstburg, sont devenus des lieux de commémoration nationale. D'autres lieux historiques nationaux, comme le fort Malden à Amherstburg, la maison George Brown, le St. Lawrence Hall et le Osgoode Hall à Toronto ainsi que le fort George à Niagara-on-the-Lake, ont aussi joué un rôle dans l'histoire du chemin de fer clandestin.

Date de modification :