Cette semaine en histoire

Archives

Les fortifications de Québec : des défenses uniques en Amérique du Nord

Semaine du lundi le 4 décembre 2000

Le 3 décembre 1985, le Comité du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) fait de l'arrondissement historique de Québec un site du patrimoine mondial, commémorant ainsi la seule ville emmurée qui subsiste sur le continent nord-américain.

Québec, 1759

Québec, 1759
© BAC / C-43483

Aux 17e et 18e siècles, sous le régime français, Québec, capitale de la Nouvelle-France, était une possession précieuse pour la France, un port de mer important en Amérique du Nord, dont certains ennemis des Français souhaitaient prendre le contrôle. La menace constante d'une invasion motiva la construction de fortifications autour de Québec à partir de 1693, en commençant par la redoute du Cap-Diamant. Au 18e siècle, les créneaux furent rebâtis plus à l'ouest et l'accès fut limité à trois portes : Saint-Louis, Saint-Jean et du Palais. Cependant, toutes ces précautions n'empêchèrent pas les Britanniques de s'emparer de la ville en 1759. La bataille décisive eut lieu sur les Plaines d'Abraham - hors des murs de huit mètres de hauteur!

La porte Saint-Louis

La porte Saint-Louis
© Parcs Canada / Louis Jacob

Les Britanniques héritèrent de fortifications inachevées et se concentrèrent sur la défense de leur nouvelle possession, améliorant et complétant l'enceinte de la Haute-Ville. Ils construisirent également une Citadelle en forme d'étoile sur les hauteurs du cap Diamant. Dominant la falaise, cette forteresse autonome devait servir de dernier retranchement en cas d'invasion. Vers le milieu du 19e siècle, la ville était protégée par un réseau de défense de 4,6 km, incluant quatre tours Martello, des redoutes, des poudrières et des batteries.

Dans les années 1870, les fortifications perdirent leur fonction défensive et des pans de mur furent démolis pour accommoder l'expansion de la population. Toutefois, constatant leur beauté, leur valeur historique et leur attrait touristique, lord Dufferin, qui était gouverneur général du Canada de 1872 à 1878, mit un terme à la destruction. Il élabora un plan incluant la restauration des créneaux endommagés, la reconstruction des portes, dans un nouveau style, pour préserver le caractère historique de la ville coloniale fortifiée, ainsi que la construction d'une promenade le long des remparts. Tous ces éléments demeurent aujourd'hui.

Le Vieux-Québec est la seule ville emmurée qui subsiste en Amérique du Nord, ce qui a motivé en partie sa désignation à titre de site du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les murs et les fortifications de Québec, qui illustrent plus de trois siècles d'ouvrages défensifs, ont été désignés lieu historique national et comptent parmi les mieux préservés au monde. Berceau de la civilisation française en Amérique, le site du patrimoine mondial de l'arrondissement historique de Québec est l'un des 13 sites canadiens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Date de modification :