Cette semaine en histoire

Archives

Les enfants des crèches

Semaine du lundi le 23 octobre 2000

Le 28 octobre 1869, un groupe de 76 enfants indigents de la Grande-Bretagne arrive au Canada sous la surveillance de Maria Susan Rye. Plus de 100 000 autres enfants seraient ainsi envoyés au Canada par des institutions charitables, pour la plupart avant 1939.

Enfants immigrants à Landing Stage, St. John, NB

Enfants immigrants à Landing Stage, St. John, NB
© BAC / PA-041785

Au milieu du 19e siècle, les villes et les industries britanniques sont en pleine expansion et la technologie modifie les méthodes de travail, entraînant pauvreté, chômage et agitation dans un milieu où l'éducation gratuite et la sécurité sociale n'existent pas encore. Bien des familles ouvrières se retrouvaient démunies à la suite d'un décès, d'une maladie ou de la perte d'un emploi. Elles n'avaient d'autre choix que de confier leurs enfants à des orphelinats ou de les laisser errer dans les rues de la ville, sans surveillance. Des familles entières se retrouvent parfois dans un asile des pauvres.

Les autorités et les « protecteurs d'enfants » étaient d'avis que ces jeunes auraient la vie plus facile dans des pays comme le Canada, l'Australie ou la Nouvelle-Zélande, dans des foyers chrétiens et en milieu rural sain. Bon nombre de ces protecteurs d'enfants étaient évangélistes, mais l'église anglicane et l'église catholique encourageaient aussi l'émigration des jeunes enfants des crèches et des asiles de la Grande-Bretagne.

Une fois arrivés au Canada, la plupart des enfants étaient placés dans des maisons d'accueil dans le Sud de l'Ontario et les Cantons de l'Est au Québec. Quelques-uns furent envoyés dans les Maritimes et dans l'Ouest. Même si cette main-d'oeuvre était très recherchée, bien des enfants connurent des débuts difficiles. Contrairement aux espoirs des organisateurs, seuls quelques-uns des plus jeunes furent adoptés. La plupart des garçons devinrent apprentis ouvriers agricoles dans des fermes familiales tandis que les filles durent travailler comme domestiques.

Maison d'accueil à Stratford

Maison d'accueil à Stratford
© Avec la gracieuse permission des archives de Stratford-Perth

Arrachés de leurs foyers et de leurs familles en bas âge, bien des enfants furent aux prises avec la solitude, les préjugés et la difficulté de s'adapter à la vie sur une ferme isolée. Certains furent maltraités et tous ne reçurent pas le salaire et l'instruction auxquels ils avaient droit. D'autres connurent des débuts plus faciles. Malgré les épreuves, les enfants sans foyer ont contribué à la vie sociale, économique et politique du Canada. Un grand nombre d'entre eux ont servi dans l'armée durant les deux guerres mondiales.

Les attitudes à l'égard des enfants et du travail des enfants changeaient petit à petit. En 1925, les gouvernements de la Grande-Bretagne et du Canada convenaient d'interdire l'émigration des jeunes de 14 ans et moins. Vers la fin des années 1930, même les enfants plus âgés n'émigraient pas sans leurs familles. Désignés comme événement d'importance historique nationale, l'arrivée des enfants sans foyer sera commémorée par une plaque apposée sur une ancienne maison d'accueil à Stratford (Ontario).

Date de modification :