Cette semaine en histoire

Archives

Mort du premier ministre Arthur Meighen

Semaine du lundi le 31 juillet 2000

Vraisemblablement l'un des débatteurs les mieux articulés du Parlement et l'un de ceux qui ont occupé le moins longtemps le poste de premier ministre, Arthur Meighen s’éteint le 5 août 1960 à l'âge de 86 ans.

Arthur Meighen

Arthur Meighen
© BAC / PA-26987 / Topley

Meighen, fils de fermier, voit le jour à Anderson, en Ontario. Il fait ses études au St. Mary’s Collegiate, se distinguant en mathématiques et par sa verve d'orateur. Son esprit logique lui mérite un diplôme en mathématiques de l'Université de Toronto. Il se consacre à l'enseignement pendant un an, mais est renvoyé après une dispute avec les autorités scolaires. Il s'établit alors à Portage la Prairie, au Manitoba, et apprend le droit. Son habileté à plaider lui vaut un siège aux élections fédérales de 1908.

Meighen se démarque bientôt de ses collègues de l'arrière-banc et ne tarde pas à être considéré comme un successeur éventuel à Robert Borden, chef du parti conservateur. Après la victoire des conservateurs en 1911, Meighen est nommé solliciteur général, puis secrétaire d'état et ministre de l'Intérieur.

En 1920, Borden se retire et Meighen devient le neuvième premier ministre du Canada. Il ne reste cependant pas très longtemps au pouvoir: les syndicats lui reprochent les tactiques brutales qu'il a employées pour casser la grève générale de Winnipeg en 1919, les Canadiens-Frantais lui en veulent d'avoir appuyé la conscription pendant la Première Guerre mondiale et les fermiers de l'Ouest sont mécontents des tarifs qui leur sont imposés. Aux élections de 1921, le parti conservateur accuse une lourde défaite.

« Préparant pour la plongée »

« Préparant pour la plongée »
© BAC / C-29630

En 1925, les conservateurs remportent le plus grand nombre de sièges, mais les libéraux conservent le pouvoir en formant une coalition avec les progressistes. En 1926, après un désaccord constitutionnel avec le gouverneur général, lord Byng, King doit démissionner et Meighen redevient premier ministre. Peu après, il est forcé de déclencher des élections qu'il ne remporte pas.

Meighen passe pour un homme réservé qui se complait à citer Shakespeare, mais ses amis connaissent son esprit ironique et ses tendances excentriques. Il s’est présenté une fois à la Chambre des communes en pantoufles et il a porté pendant des années le même manteau vert élimé, ennuyant ses collègues à un tel point qu'ils finissent par essayer de le lui voler, dans ce qu'on a appelé une tentative de « renversement du manteau »!

Après que R.B.Bennett l'aitremplacé à la tête du parti en 1930, Meighen est nommé au Sénat, mais il fait un bref retour aux Communes en 1942. Arthur Meighen est commémoré en tant que personne d'importance historique nationale.

Date de modification :