Cette semaine en histoire

Archives

Précipice à bisons Head-Smashed-In

Semaine du lundi le 24 juillet 2000

Le 23 juillet 1987, le centre d'interprétation du précipice à bisons Head-Smashed-In, en Alberta, est officiellement ouvert au public. Plus de cent ans après être tombé en désuétude et après quarante ans de fouilles archéologiques, l'endroit devient une attraction touristique de calibre mondial où des milliers de touristes apprennent chaque année à connaître les méthodes de chasse collective des Pieds-Noirs.

Précipice à bisons Head-Smashed-In

Précipice à bisons Head-Smashed-In
© Parcs Canada / Rhona Goodspeed

Les Autochtones des grandes plaines de l'Amérique du Nord ont de tout temps vénéré la nature, à l'origine de tout ce dont ils avaient besoin pour vivre. Le bison, en particulier, offrait sa chair comme nourriture, sa peau pour confectionner vêtements et abris, ses os et ses cornes pour faire des outils et même ses excréments pour servir de combustible. Afin de tuer un grand nombre de ces bêtes puissantes, les chasseurs les poussaient à se jeter du haut d'une falaise dans des « précipices à bisons », où ils les dépeçaient. Les chasseurs étaient convaincus qu'ils devaient tuer toutes les bêtes pour éviter que les survivants ne s'échappent et n'avertissent les autres.

Un des précipices à bisons les plus anciens, les plus vastes et les mieux conservés en Amérique du Nord est Head-Smashed-In, utilisé par les Pieds-Noirs et, plus précisément par les Piégans, du sud-ouest de l'Alberta. D'après la légende, le nom « Head-Smashed-In », qui signifie « tête écrasée », fait référence à un jeune homme piégan qui, ayant observé la chasse sous une corniche, au pied de la falaise, aurait été retrouvé la tête écrasée, sous un amoncellement de bisons morts.

Bisons sur la falaise,<br>exposition au centre d'accueil des visiteurs

Bisons sur la falaise,
exposition au centre d'accueil des visiteurs

© Parcs Canada / Jazhart Studios / 1993

Le précipice à bisons Head-Smashed-In possède une longue histoire. Des vestiges archéologiques révèlent qu'il a été utilisé de 4000 av. J.-C. jusqu'au milieu du 19e siècle. Les bisons étaient réunis dans un bassin situé à huit kilomètres de là avant d'être dirigés vers le précipice. Le site de dépeçage, qui fait plus de 100 mètres de longueur, présente une falaise de grès en surplomb de 10 à 18 mètres de hauteur située dans les collines Porcupine. Il y a des ossements au pied de la falaise et des dépôts jusqu'à une profondeur de 10 mètres. Tout près, sur un kilomètre, se trouvent des vestiges de cachettes de viande, des fosses de foyers, des os de boucherie et des cercles de tipis. Le lieu couvre 1470 acres au total et le centre d'interprétation a été conçu de façon à s'harmoniser avec la falaise.

Le précipice à bisons Head-Smashed-In illustre une méthode de chasse collective en usage pendant des millénaires. L'arrivée du cheval et des armes à feu au milieu des années 1730 et l'extinction presque complète du bison en 1880, devaient bientôt signaler la fin de l'utilisation de ces précipices. Le précipice à bisons Head-Smashed-In a été désigné lieu historique national et site du patrimoine mondial de l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture).

Date de modification :