Cette semaine en histoire

Archives

La « libération » de Caen

Semaine du lundi le 10 juillet 2000

Le 9 juillet 1944, des soldats canadiens et britanniques pénètrent en combattant dans la ville médiévale de Caen dont la « libération », après un mois de combats, constitue l'un des hauts faits de la sanglante campagne de Normandie.

Soldats canadiens libérant Caen

Soldats canadiens libérant Caen
© BAC / PA-132727

L'« Opération Overlord », l'invasion tant attendue de la France par les Alliés, a lieu sur les plages de Normandie le 6 juin 1944. Les soldats, marins et aviateurs canadiens joueront un rôle clé le Jour-J, alors que se déroule la plus grande opération militaire combinée de l'histoire. Déferlant sur le rivage au milieu d'obstacles meurtriers et sous le feu nourri de l'ennemi, les troupes alliées pratiquent une brèche dans le mur de l'Atlantique érigé par Hitler et entreprennent la campagne qui contribuera à la défaite de l'Allemagne nazie.

Une fois débarqués, les Canadiens doivent prendre possession de la plage et occuper des positions dominant le terrain d'aviation de Carpiquet, dans la banlieue ouest de Caen, dont les Britanniques doivent s'emparer. Avant que les Canadiens aient pu atteindre leurs objectifs, les Allemands lancent une contre-attaque et c'est l'impasse. Les haies, collines et fossés de la Normandie favorisent la défense allemande. Les combats sont brutaux et les victoires se mesurent souvent en mètres. Les Alliés veulent chasser les Allemands hors de France, tandis que ceux-ci veulent repousser les Alliés dans la Manche!

La plaine découverte qui s'étend entre Caen et Falaise, au sud-est de Caen, est vitale pour les deux adversaires. S'ils veulent chasser les Allemands hors de France, Canadiens et Britanniques doivent engager leurs chars dans cette plaine. Les Allemands, quant à eux, ont besoin de Caen qui est l'un des principaux centres de communication et de transport de leur système de défense en Normandie. Comme ils ont concentré le gros de leurs unités blindées autour de Caen, les troupes américaines ont atteint le port de Cherbourg sans grande difficulté. Toutefois, cette concentration rend la prise de Caen virtuellement impossible. Un plan controversé est élaboré dans le but de mettre fin à l'impasse et de permettre aux Alliés d'atteindre le plateau découvert situé derrière Caen.

Canadiens sur la plage Juno<br>Bernières-sur-mer, Normandie, 1944

Canadiens sur la plage Juno
Bernières-sur-mer, Normandie, 1944

© BAC / PA-13563 / G. Milne

Le 7 juillet, des bombardements aériens massifs détruisent la vieille ville, épargnant malheureusement les principales positions allemandes et tuant de nombreux civils. Deux autres jours de combat permettront de s'emparer de la ville, mais sa « libération » aura coûté cher; de plus, elle ne sera entièrement nettoyée qu'au milieu de juillet.

La campagne de Normandie continuera jusqu'à la fin d'août et 18 000 Canadiens seront blessés ou tués. Paris sera libérée le 25 août, mais la guerre durera encore près d'un an.

Les Canadiens et le débarquement en Normandie sont commémorés par une plaque à Bernières-sur-Mer, en France.

Date de modification :