Cette semaine en histoire

Archives

Des voitures qui « roulent sur la neige »

Semaine du lundi le 26 juin 2000

Le 29 juin 1937, Joseph-Armand Bombardier fait breveter la première autoneige commerciale, un grand pas vers la conquête de l'hiver canadien.

Un B-7 en avant du Garage Bombardier

Un B-7 en avant du Garage Bombardier
© Musée J. Armand Bombardier

Né à Valcourt, Québec, en 1907, Bombardier a toujours eu du talent pour la mécanique. À l'âge de 15 ans, il invente sa première autoneige faite d'un traîneau, d'un moteur de voiture et d'une hélice! Après un bref séjour au séminaire, Bombardier se voue à la mécanique et part faire son apprentissage à Montréal. Lorsqu'il rentre chez lui, à 19 ans, son père lui achète le « Garage Bombardier », où il répare des moteurs tout en vendant des automobiles et de l'essence.

En 1934, une tragédie renforce la détermination de Bombardier d'inventer une autoneige. Une nuit d'hiver, son jeune fils Yvon fait une appendicite. Yvon devrait être hospitalisé sur-le-champ, mais les routes sont ensevelies sous la neige. À l'époque, il n'existe pas de chasse-neige et l'hiver, les voitures sont souvent immobilisées. Bombardier voit son fils mourir, sachant que s'il avait pu se déplacer dans la neige, Yvon aurait peut-être survécu.

En 1935, Bombardier créée sa première autoneige fonctionnelle. Des skis posés à l'avant servent de système de direction, deux chenilles à l'arrière assurent la traction et les pièces sont en mesure de supporter le froid extrême et la neige. Devant l'accueil enthousiaste que reçoivent ses « autoneiges », Bombardier demande le premier d'une longue série de brevets destinés à protéger ses inventions. Il transforme ensuite son entreprise en fabrique d'autoneige.

Bombardier sur un Ski-Doo, 1959

Bombardier sur un Ski-Doo, 1959
© Musée J. Armand Bombardier

Les premières autoneiges étaient des véhicules de grande taille utilisés pour le transport scolaire et public, comme des ambulances. Elles servaient également à transporter le bois d'oeuvre et le courrier. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Bombardier construit des autoneiges chenillées pour l'armée. En 1953, il introduit le « Muskeg », un véhicule tout-terrain qui sera utilisé partout dans le monde, de l'Arctique au désert du Sahara!

Pendant longtemps, Bombardier cherchera à créer un petit véhicule pouvant accueillir un ou deux passagers seulement. Il y arrive en 1959, lorsqu'il met au point un modèle monté sur une seule chenille avec moteur avant. Destinée à remplacer le traîneau à chiens, cette « motoneige » reçoit le nom de « Ski-dog » qui, mal épelé, donnera « Ski-doo ».

À sa mort en 1964, Bombardier est un homme prospère. En plus d'avoir mis sur pied une entreprise familiale multimillionnaire basée à Valcourt, il a créé un tout nouveau sport d'hiver! L'entreprise est aujourd'hui lancée dans une foule d'activités, de la fabrication de motoneiges au transport ferroviaire, en passant par l'aérospatiale.

Joseph-Armand Bombardier a été intronisé au Temple de la renommée de l'entreprise canadienne et, en 1994, il a été désigné personne d'importance historique nationale.

Date de modification :