Cette semaine en histoire

Archives

Le don de vie

Pour la semaine du lundi le 1 janvier 2018

Le 2 janvier 1929, Wilfrid « Wop » May, as de l’aviation de la Première Guerre mondiale, livre des sérums très attendus à Fort Vermilion, collectivité isolée dans le nord de l’Alberta.

La mission de secours de May sera fait Officier de l'Ordre de l'Empire britannique en 1935. Décédé en 1952, il sera intronisé au Panthéon de l'Aviation du Canada en 1973.
Permission de Denny May

Wilfrid Reid May naît le 20 mars 1896, à Carberry, au Manitoba. En 1916, il s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien et sert comme pilote durant la Première Guerre mondiale. Ayant remporté 13 victoires aériennes, il reçoit la Croix du service distingué dans l'Aviation.

En 1919, May fonde la première ligne aérienne d’Edmonton, May Airplanes Limited. Il contribue également à la fondation de la société Commercial Airways qui, en 1929, obtient un contrat gouvernemental pour livrer la poste dans le nord-ouest du Canada. Cette expérience affine encore davantage les compétences de pilote déjà exceptionnelles de May. Au cours de la même année, le ministère de la Défense nationale lui remet le trophée McKee en reconnaissance de sa contribution à l’aviation canadienne.

“INSERT
Le Dr Malcolm Bow remet le sérum au pilote Wilfrid May.
Permission de Denny May

Le 18 décembre 1928, un télégramme en provenance de Fort Vermilion arrive à Edmonton, indiquant la crainte d'une épidémie de diphtérie, et demandant l’envoi d’antitoxines. Cette infection bactérienne contagieuse associée à une insuffisance cardiaque et à la paralysie, est à l’époque l’une des principales causes de mortalité infantile. Cependant, l'hiver bat son plein et Fort Vermillion se trouve à plus de 600 km d’Edmonton. Lorsque le sous-ministre adjoint de la santé de l'Alberta, Dr Malcolm Bow, reçoit le message, il confie la mission à May, dont la réputation de pilote est bien établie.

À son tour, May recrute un collègue membre de l’Edmonton Flying Club, Vic Horner, afin de l'accompagner au cours de ce vol périlleux de deux jours. Le 2 janvier 1929, les deux pilotes décollent dans un biplan Avro Avian. Dans cet avion ouvert, où la température chute parfois jusqu’à -34° Celsius, ils gardent le sérum au chaud grâce à des brûleurs au charbon de bois rangés dans un compartiment derrière eux. Lorsque les brûleurs prennent feux et doivent être abandonnés, les pilotes maintiennent la température du sérum en le plaçant dans leurs vêtements. Ils volent à 150 m d’altitude, où le vent réduit considérablement la visibilité et entraîne la formation de glace sur les ailes de l'appareil. Pour éviter de s’enfoncer dans la neige, ils atterrissent sur une rivière gelée déneigée par les habitants. Défiant tous ces obstacles, les deux hommes arrivent sains et saufs avec le sérum à Fort Vermilion.

Wilfrid May reçoit le statut de personne d’importance historique nationale. Fort Vermilion est un lieu historique national. Pour en savoir davantage, lisez Pionnier de l’aviation de brousse dans les archives de Cette semaine en histoire.

Parcs Canada a lancé Cette semaine en histoire il y a vingt ans! Consultez notre fil Twitter @ParcsCanada et visitez le site Web de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :