Cette semaine en histoire

Archives

Un magnat des chemins de fer de Sherbrooke devient un visionnaire du Canada

Pour la semaine du lundi le 4 septembre 2017

Le 6 septembre 1817, Alexander Tilloch Galt naît à Londres, en Angleterre. Homme d’affaires et acteur important en politique canadienne, Galt a travaillé sans relâche à promouvoir la ville de Sherbrooke, au Québec, à étendre le réseau national des voies ferrées, et à guider les colonies de l’Amérique du Nord britannique vers une union au sein de la Confédération.

En tant qu’inspecteur général, Galt a grandement réduit la dette de la province, protégé l’industrie canadienne, et même rencontré le président américain Abraham Lincoln durant la renégociation du Traité de réciprocité (un accord de libre‑échange) en 1861
© William James Topley / Bibliothèque et Archives Canada / PA-013008

En 1835, Galt s’établit à Sherbrooke, une ville des Cantons‑de-l’Est du Bas-Canada. Il travaille comme commis pour la British American Land Company. En 1844, il est promu chef des opérations au Canada. Galt augmente les investissements de la compagnie dans les chemins de fer, les usines et les entreprises de Sherbrooke, ce qui stimule l’industrialisation de cette ville.

Il devient ensuite directeur du Chemin de fer Saint-Laurent & Atlantique (SLR), société qui construit une voie ferrée reliant Montréal, dans l'est du Canada, et Portland, dans le Maine, en passant par Sherbrooke. Galt et ses associés élargissent le réseau du SLR en 1851 en y intégrant le chemin de fer Montréal-Kingston. En 1853, après avoir établi un partenariat avec le promoteur de chemin de fer Francis Hincks, le SLR fusionne avec quatre autres compagnies pour former la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc. Dans les années 1860, le Grand Tronc exploite des voies ferrées de Portland à Sarnia.

“INSERT
Locomotive 209 « Trevithick » dans une usine d’assemblage de la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc à Pointe‑Saint-Charles, au Québec
© William Notman / Bibliothèque et Archives Canada/ PA-181359


Galt fait son entrée en politique en 1849, lorsqu'il est élu membre indépendant représentant Sherbrooke au sein de l’Assemblée législative. En 1850, après avoir appuyé l’annexion de la province du Canada par les États-Unis, qui jouissait d’un fort soutien à Sherbrooke, mais à laquelle s’opposait la British American Land Company de Londres, Galt abandonne son siège. Il est réélu en 1853 et reste à l’Assemblée législative jusqu’à la Confédération. Initialement près du Parti rouge, Galt devient un pilier de la coalition libérale-conservatrice à la fin des années 1850.

À la demande de George-Étienne Cartier et de John A. Macdonald, les premiers ministres associés de la province du Canada, Galt devient inspecteur général (ministre des Finances) en 1858. Il accepte le poste à condition que le gouvernement envisage sérieusement l’union fédérale des colonies britanniques en Amérique du Nord. Galt se fait défenseur de la Confédération en promouvant ses avantages financiers, et il joue un rôle important lors des conférences de Charlottetown, de Québec et de Londres. Le 1er juillet 1867, il devient le premier ministre des Finances du Canada. Il termine sa carrière comme diplomate et premier Haut-commissaire du Canada à Londres, en 1880.

Alexander Tilloch Galt, Francis Hincks, John A. Macdonald, et George-Étienne Cartier ont été désignés personnes d’importance historique nationale. Pour en apprendre davantage, lisez les article Francis Hincks et Partenaires de la Confédération dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :