Cette semaine en histoire

Archives

Le Nord : terre lointaine, terre ancestrale

Pour la semaine du lundi le 5 juin 2017

Le 6 juin 1977, la Chambre des communes s’est penchée sur la réaction de l’industrie canadienne de l’énergie face aux conclusions de l’Enquête sur le pipeline de la vallée du Mackenzie (Commission Berger), sous la présidence de l’honorable juge Thomas R. Berger.

La plus grand source de préoccupation quant au projet d’Arctic Gas Pipeline Ltd. concerne la section de l’écosystème fragile du Nord du Yukon, dont l’aire de mise bas de la harde de caribous de la Porcupine (l’une des dernières grandes hardes de caribous d’Amérique du Nord)
Fritz Mueller © Parks Canada

Après la découverte de gisements de gaz naturel près d’Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans les années 1970, la Canadian Arctic Gas Pipeline Ltd. propose de construire un pipeline en surface pour le transport du gaz naturel vers les marchés canadiens et américains. Le tracé du pipeline aurait passé par les champs de pétrole de Prudhoe, en Alaska, et traversé le delta du Mackenzie dans les Territoires du Nord-Ouest, jusqu’en Alberta. Une petite organisation, la Foothills Pipeline Ltd., propose une autre solution : un tracé qui passerait seulement par le Canada et relierait le delta du Mackenzie à l’Alberta et un autre tracé qui longerait la route de l’Alaska.

De 1974 à 1977, la Commission Berger mène une enquête sur les éventuelles répercussions sociales et environnementales d’un pipeline. Des audiences se tiennent dans 35 collectivités du delta du Mackenzie, et dans dix villes canadiennes; on organise des tribunes pour que les résidants locaux, des spécialistes de l’industrie, des avocats ainsi que la population inquiète puissent prendre la parole. Les témoins s’expriment dans la langue de leur choix, et, tous les soirs, la CBC diffuse les audiences en six langues dans le Nord. Cette enquête est la plus exhaustive et la plus inclusive du genre.

Dans son rapport, « Le Nord : terre lointaine, terre ancestrale » , la Commission Berger recommande que le projet de construction de pipeline soit mis en veilleuse pendant dix ans afin de mener d’autres évaluations environnementales et de profiter des avancées techniques. Par ailleurs, la Commission recommande que cette période de sursis serve à donner suite aux revendications territoriales des peuples autochtones. Depuis, quatre revendications territoriales ont été réglées, et les négociations concernant deux autres régions se poursuivent. La construction d’un pipeline longeant la route de l’Alaska (recommandée par la Commission Berger comme étant une route plus sûre que l’autre) commence en 1978. Ce tracé demeure toutefois incomplet, et l’industrie commence à étudier des tracés à l’extérieur du Canada. En 1985, un réseau de pipelines de pétrole brut de Norman Wells (Territoires du Nord-Ouest) à Zama (Alberta) est mis en service dans le secteur sud du corridor de la vallée du Mackenzie.

La route de l'Alaska été désignée événement d’importance historique nationale. Pour en savoir plus sur le Nord canadien, lisez les articles Le rétablissement de l’autonomie gouvernementale, La route de l’Alaska : un ouvrage d’envergure et Agrandissement de la réserve de parc national Nahanni : un bel exemple de collaboration dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :