Cette semaine en histoire

Archives

La CERA, premier effort mondial de réforme de la Chine

Pour la semaine du lundi le 8 mai 2017

Le 10 mai 1903, la Chinese Empire Reform Association (CERA) de Victoria, en Colombie-Britannique, publie une annonce dans le British Colonist pour promouvoir son organisation. Même si ses efforts resteront vains, l’organisation milite en faveur d’une réforme constitutionnelle pour la dynastie des Qing, à l’époque de la Chine impériale.

Affiche publiée par la CERA dans le British Colonist pour montrer ses membres et ses dirigeants. L’empereur Guangxu figure au centre de la rangée supérieure.
© "Bibliothèques de l’Université de Victoria; exposition numérique du quartier chinois de Victoria; archive no de la CERA à Victoria. 2pdf; source : Times-Colonist (Can West)"

La CERA est constituée en 1899 par Kang Youwei et des dirigeants commerciaux du quartier chinois de Victoria. Philosophe et réformateur politique, Youwei a fui la Chine après le coup d’État orchestré en 1898 par l’impératrice douairière Cixi contre l’empereur Guangxu. Cixi assigne l’empereur à résidence, mettant ainsi fin à sa réforme des Cent Jours, que Youwei a appuyée. La réforme était axée sur la modernisation du système d’enseignement, l’adoption des technologies occidentales et le passage de l’autocratie à la monarchie constitutionnelle.

Également connue sous le nom de Baohuanghui (ou « société de protection de l’empereur ») –, la CERA cherche à libérer la Chine de toute agression étrangère et à protéger ses citoyens établis à l’étranger. Après la création de la CERA, Youwei, craignant pour sa vie, s’installe à l’île Coal, juste au nord de Victoria. Sous la protection d’un agent de police canadien et de gardes du corps particuliers, il organise une campagne militaire pour libérer l’empereur. La CERA y contribue en amassant des fonds et en envoyant des volontaires en Chine. La campagne commence à l’été 1900, mais échoue après un début prématuré de la ville de Datong qui laisse deviner aux autorités locales les intentions des dirigeants militaires.

Loin de se laisser dissuader, la CERA élargit ses opérations au point de devenir la première organisation politique chinoise d’envergure mondiale. En 1905, elle compte des sections dans plus de 150 villes. En 1910, la section de Victoria, alors appelée China Imperial Constitutional Association (ou Xianzhenghui), publie une pétition exhortant le gouvernement chinois à convoquer un parlement. Le refus du gouvernement est l’un des éléments déclencheurs de la révolution de 1911 qui signale la fin du régime impérial chinois. La CERA continue d’exercer son influence jusque dans les années 1920, avant de connaître un déclin rapide en raison de conflits internes datant d’avant la revolution.

“INSERT
Le siège de la CERA (au centre à gauche) à Victoria (C.-B.) aujourd’hui. Construit en 1905 au 1715, rue Government, le bâtiment vient remplacer le lieu de rassemblement antérieur de l’association, à l’intérieur du cinquième théâtre, dans le quartier chinois.
© Joe Mabel / Wikimedia Commons

En 1903, la fille de Youwei, Kang Tongbi, fonde à Victoria la première association politique féminine chinoise – la Chinese Empire Ladies Reform Association. Tongbi sillonne ensuite l’Amérique du Nord : elle étudie aux États-Unis, prononce des discours sur les affaires chinoises, met en branle des mouvements féministes et encourage la formation de nouvelles sections de la Chinese Empire Ladies Reform Association.

Le quartier chinois de Victoria a été désigné lieu historique national. Pour en savoir plus, lisez Le quartier chinois de Victoria : un quartier d'hommes dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :