Cette semaine en histoire

Archives

Les soldats canadiens réunis à Vimy

Pour la semaine du lundi le 3 avril 2017

Le 9 avril 1917, les troupes canadiennes se lancent à l’assaut des positions allemandes à la crête de Vimy, dans le Nord de la France. Mené dans le cadre de la bataille d’Arras, cet affrontement donne aux 1re, 2e, 3e et 4e divisions du Canada l’occasion de combattre côte à côte pour la toute première fois.

Vue sur le village de Vimy, dont se sont emparées des troupes canadiennes, depuis la crête de Vimy
© W.I. Castle / Canada. Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-001446

La crête de Vimy est prise en 1914 par l’armée allemande, et les troupes alliées essaient en vain de la reprendre pendant les trois années qui suivent. En 1917, le lieutenant-général Julian Byng, commandant du Corps canadien, prépare ses troupes en leur faisant répéter leur rôle, en les envoyant patrouiller en zone disputée pour recueillir des renseignements et en creusant des tunnels devant servir à envoyer des renforts et à récupérer les soldats blessés.

Les soldats canadiens sont munis de cartes de la crête et sont informés du rôle de chaque peloton dans le plan de bataille. L’infanterie s’entraine ardemment pour des rôles spécialisés : mitrailleurs, carabiniers et lanceurs de grenades. Les équipes d’artilleurs reçoivent la directive de tirer au-devant de l’infanterie en progression; elles doivent faire avancer le rideau d’obus par intervalles de 100 verges. Les obus tuent de nombreux Allemands et en empêchent d’autres d’atteindre leurs mitrailleuses. Ce rideau d’obus en progression est appelé « barrage roulant ».

“INSERT
Monument commémoratif du Canada à Vimy
© Parcs Canada

À 5 h 30 le 9 avril, près de 1 000 pièces d’artillerie commencent à faire feu alors que plus de 15 000 soldats canadiens, soutenus par la 5e division britannique, prennent d’assaut la crête de Vimy. La côte 145, point le plus élevé de la crête, est prise par des soldats canadiens grâce à une charge à la baïonnette contre des positions de mitrailleuses fortifiées. Après trois autres jours de combat, les Canadiens ont le contrôle du reste de la crête et d’une position plus au nord, le Bourgeon. La victoire coûte cependant très cher : 3 598 Canadiens sont tués, plus de 7 000 sont blessés, et des milliers d’Allemands sont tués, blessés ou faits prisonniers.

En 1922, la France fait officiellement don de la crête de Vimy au Canada, qui y fait construire un monument à la mémoire des 11 285 Canadiens morts en France dont on n’a jamais retrouvé la dépouille. En 1921, le sculpteur torontois Walter Allward remporte un concours en vue de la conception du monument, et les travaux débutent presque aussitôt. Le Mémorial national du Canada à Vimy est inauguré le 26 juillet 1936.

La crête de Vimy est désignée lieu historique national et, depuis 2003, le 9 avril est le Jour de la bataille de Vimy. Sir Arthur William Currie, commandant de la 1re Division du Canada durant la bataille, et Walter Seymour Allward sont des personnes d’importance historique nationale. Pour en savoir plus sur la Première Guerre mondiale, lisez Le Canada entre dans la Grande Guerre, Baptême par le feu : les Canadiens à Ypres et La guerre aérienne dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :