Cette semaine en histoire

Archives

Le « lien fixe » de l’Île-du-Prince-Édouard

Pour la semaine du lundi le 29 mai 2017

Le 31 mai 1997, des milliers de personnes soulignent l’ouverture officielle du pont de la Confédération en franchissant à pied le bras de mer qui sépare l’Île-du-Prince-Édouard du Nouveau-Brunswick. Le pont mesure 12,9 km de long, ce qui en fait le plus long ouvrage du monde à enjamber des eaux couvertes de glace.

Timbre commémorant l’inauguration du pont de la Confédération en 1997
© Société canadienne des postes, 1997 / Bibliothèque et Archives Canada

Avant la construction du pont, le traversier assurait était le seul moyen accessible à longueur d’année pour assurer la liaison entre le continent et l’Île-du-Prince-Édouard. Amorcé en 1993, le pont est achevé en 1997. Il aura fallu un milliard de dollars et 5 000 ouvriers pour terminer les travaux dans les délais prévus.

Le pont est divisé en trois sections qui reposent sur un total de 65 piles : l’approche Ouest, qui fait 1,3 km de long et prend appui à l’île Jourimain, au Nouveau-Brunswick; la section principale, mesurant 11 km; et l’approche Est, qui fait 600 mètres et se trouve ancrée à Borden-Carleton, en Île-du-Prince-Édouard. La majeure partie du tablier du pont se trouve à 40 mètres au-dessus des vagues. Les travées centrales sont surélevées à 60 mètres pour accommoder le passage des navires de haute mer.

La construction se déroule en grande partie sur la terre ferme, dans des installations établies dans chacune des deux provinces. Les composantes des piles et les poutres principales pèsent jusqu’à 7 500 tonnes et mesure presque 200 mètres de longueur! Elles sont transportées par chaland jusqu’à leur emplacement prévu, puis mises en place par l’immense ponton-grue Svanen. Une technique de mise en tension après bétonnage est utilisée pour raccorder les piles et les poutres principales. L’étape finale consiste à placer les poutres simples au centre de chaque travée.

“INSERT
Les tours du ponton-grue Svanen transportent une poutre principale à une hauteur de 102 mètres
© 2016 Strait Crossing Bridge Limited

Plusieurs caractéristiques techniques sont intégrées au pont pour améliorer la sécurité routière. Par exemple, le pont décrit une légère courbe qui force les automobilistes à demeurer attentifs, la chaussée est recouverte d’un type d’asphalte spécialisé qui réduit les projections d’eau des véhicules sous la pluie, et des murets de 1,1 mètre de hauteur de part et d’autre de la chaussée servent à couper les bourrasques de vent pour les véhicules. De plus, 7 000 trous facilitent l’écoulement des eaux de pluie et de fonte pour assécher plus rapidement la chaussée. Enfin, chaque pile est évasée à la hauteur de la ligne de flottaison, de manière à réduire la charge exercée par les glaces de mer pour atténuer le risque de vibrations.

À l’origine, le service d’embarcations sur glace, un événement d’importance historique nationale, assurait la liaison entre l’Île-du-Prince-Édouard et le Canada continental en hiver. Pour en savoir plus, consultez Trajet hivernal : Les embarcations sur glace dans le détroit de Northumberland dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :