Cette semaine en histoire

Archives

« C’est ce qu’on appelle un Ric-A-Dam-Doo »

Pour la semaine du lundi le 2 janvier 2017

Le 4 janvier 1915, le régiment Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (PPCLI) devient le premier régiment canadien à rejoindre le front lors de la Première Guerre mondiale. Les hommes s’engagent dans la bataille avec leur drapeau régimentaire rouge, or et bleu royal (qu’on appelle aussi leurs « couleurs »), symbole du lien unique du régiment avec la famille royale.

La princesse Patricia passe en revue le PPCLI en Angleterre, peu avant son mariage
© Bibliothèque et Archives Canada/ gouvernement du Canada/3397727

L’homme d’affaires montréalais Hamilton Gault fonde le PPCLI à Ottawa le 10 août 1914. Le lieutenant-colonel Francis D. Farquhar est nommé commandant du régiment. Celui‑ci propose immédiatement de nommer le régiment en l’honneur de la fille du gouverneur général, la princesse Patricia de Connaught, qui accepte volontiers. La princesse manifeste son soutien pour le nouveau régiment en confectionnant à la main les couleurs régimentaires du PPLCI, que les hommes du régiment appelleront affectueusement le « Ric-A-Dam-Doo ». Les origines de ce surnom n’ont jamais été confirmées, mais l’hypothèse veut qu’il provienne de Fhreiceadan Dubh, le nom gaélique du Black Watch, un régiment avec lequel Gault avait un lien personnel. Bien des Canadiens seraient surpris d’apprendre que ce drapeau régimentaire a inspiré la chanson « The Princess Pat », très souvent chantée autour d’un feu de camp.

“INSERT
Le capitaine J.N. Edfar (à gauche) et le capitaine C. White (à droite) tenant le drapeau régimentaire « Ric-A-Dam-Doo »
© Archive et musée du PPCLI

Pendant la plupart du temps que dure la Première Guerre mondiale, le Ric-A-Dam-Doo flotte au‑dessus du camp du regiment derrière la ligne du front, attisant le sentiment de fierté et d’identité des troupes. Aujourd’hui, le drapeau confectionné à l’origine par la princesse Patricia est exposé au complexe des Musées militaires à Calgary, en Alberta. Usé par les intempéries, il a aussi été transpercé par quelques balles, rappelant les dangers auxquels ont été exposés les soldats qui ont combattu sous ses couleurs.

Pour en savoir plus sur le régiment Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, lisez l’article Le Princess Pat : un bataillon né de fonds privés dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :