Cette semaine en histoire

Archives

Alan McLeod, VC, rêve d'aviation

Pour la semaine du 25 avril 2016.

Le 1er mai 1918, le lieutenant Alan McLeod, confiné à un lit d’hôpital à Londres (Angleterre), apprenait qu’il allait recevoir la Croix de Victoria pour bravoure. Le jeune homme de 19 ans originaire de Stonewall (Manitoba) était un pilote du Royal Flying Corps (RFC) durant la Première Guerre mondiale. 

Alan McLeod VC
© Université du Manitoba, Collection de photos du Winnipeg Tribune : Récipiendaires de la Croix de Victoria, PC 18/6917/18-5987-014

Enfant, McLeod se passionne déjà pour la vie militaire. À 14 ans, il s’enrôle dans le Fort Garry Horse, un régiment de cavalerie de la milice locale. Quand la guerre éclate en 1914, McLeod veut immédiatement y participer, mais il est encore trop jeune. Le jour de son 18e anniversaire, le 20 avril 1917, il s’enrôle dans le RFC. Il suit une formation intensive à Toronto, laquelle inclut un entraînement physique aussi bien que des instructions théoriques sur des sujets comme la communication sans fil et la lecture des cartes. Dans une lettre à ses parents, McLeod écrit : « mes camarades ont mal partout, et la plupart d’entre eux ont abandonné; ils nous pressent tellement que nous n’avons pas le temps de faire la moitié de notre travail ».

Le 27 mars 1918, lors d’une mission de bombardement à laquelle participent aussi cinq autres avions, McLeod et son observateur, le Lieutenant Arthur Hammond, croisent plusieurs aéronefs allemands. Après avoir abattu trois avions ennemis, le leur est touché. En l’absence de parachutes, ils doivent faire atterrir l’avion en flamme. McLeod réussit à se poser et à tirer son partenaire Hammond, qui a été touché par six balles, jusqu’à la sécurité d’un fossé. McLeod lui-même a été atteint cinq fois.

“INSERT
McLeod à Londres
© Défense nationale et les Forces armées canadiennes / Pour Bravoure, Aviateurs Canadiens et la Croix de Victoria

La Croix de Victoria est décernée à Alan Arnett McLeod pour sa bravoure. Les deux hommes survivent à leurs blessures, mais les poumons de McLeod ont été affaiblis, sans doute par la fumée provoquée par l'avion enflammé. Il est éventuellement renvoyé au Canada pour terminer sa convalescence, où il est malheureusement victime de la pandémie de grippe espagnole. Il meurt le 6 novembre 1918.

En 2016, nous commémorons la troisième année du centenaire de la Première Guerre mondiale. La participation du Canada au Royal Flying Corps est un événement historique d’importance nationale. Pour en savoir plus sur les pilotes de la Première Guerre mondiale, lisez Premier coup au tableau de chasse de Billy Bishop, Protecteur de l’espace aérien, Pionnier de l’aviation de brousse et Les militaires canadiens atteignent de nouveaux sommets. Vous pouvez également consulter La grippe espagnole ravage la planète dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada et ne manquez pas de visiter la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :