Cette semaine en histoire

Archives

Première lumière à l’Observatoire fédéral d’astrophysique

Pour la semaine du 2 mai 2016

Le 6 mai 1918, la foule rassemblée à Saanich (Colombie-Britannique) allait enfin pouvoir observer la première lumière au nouvel Observatoire fédéral d’astrophysique. Cet événement devait lancer près d’un siècle d’observations astronomiques au moyen du télescope Plaskett, plus grand télescope à réflexion gouvernemental au Canada.

Lors de la construction de l’Observatoire, tous les matériaux sont hissés à cheval au sommet du mont
© Albertype Company/Bibliothèque et Archives Canada/PA-032169

En 1912, lorsque le télescope de 40,64 cm de l’Observatoire fédéral, à Ottawa, s’avère insuffisant pour ses recherches, John Stanley Plaskett fait pression sur le gouvernement fédéral pour que soit construit un nouvel observatoire. Des études sont entreprises partout au Canada pour choisir un emplacement, et Saanich est sélectionnée en raison de son atmosphère stable, de son faible taux de précipitations et de ses températures modérées.

La construction de la coupole est terminée en 1916, mais en raison de problèmes liés au miroir primaire du télescope, il faut deux autres années avant que l’observatoire ouvre ses volets. Le miroir de 1,83 m est moulé en France et expédié une semaine avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Un miroir d’essai, conçu pour mettre en pratique les techniques de finition, n’arrive jamais. Sans lui, il faut deux ans et trois tentatives pour polir plus de 4 000 lb (1,814 tonnes métriques) de verre et obtenir la courbure adéquate.

“INSERT
Le télescope Plaskett a été modernisé petit à petit pour y intégrer des technologies nouvelles, mais il compte encore un grand nombre de ses pièces d’origine
© (Gauche) Floyd K. Darrow, « The Giant Canadian Reflector », Electrical Experimenter Magazine, vol. 7, no 10, février 1920. (Droite) Parcs Canada / Agence Parcs Canada, Andrew Waldron

Le télescope Plaskett aurait été le plus gros au monde, mais les retards accumulés lui font perdre ce titre au profit du télescope Hooker de l’observatoire du mont Wilson, qui ouvre six mois plus tôt. L’Observatoire contribue à plusieurs grandes découvertes, dont certaines sur la taille et la rotation de la Voie lactée. Plaskett utilise également le télescope pour étudier les étoiles binaires spectroscopiques (deux étoiles orbitant l’une autour de l’autre), et il obtient ainsi une médaille d’or de la Société royale d’astronomie en 1930. Son utilisation la plus impressionnante est toutefois celle faite par le public : pendant 95 ans, l’Observatoire organise des journées portes ouvertes et offre des programmes éducatifs.

John Stanley Plaskett, premier directeur de l’Observatoire, a donné son nom au télescope. Il a été désigné personne d’importance historique nationale en 1949. Pour honorer son héritage et ses contributions continues dans le domaine de l’astronomie, l’Observatoire fédéral d’astrophysique a été désigné lieu historique national en 2010.

Le 6 juin 2016, le Conseil national de recherches du Canada célébrera son centième anniversaire. L’Institut Herzberg d’astrophysique en fait partie depuis 1995 par l’entremise de l’Observatoire fédéral d’astrophysique. Pour en savoir plus sur l’astronomie au Canada, lisez Les étoiles livrent leurs secrets et La tête dans les étoiles et les deux pieds sur terre dans les archives de Cette semaine en histoire. Pour en savoir plus sur le Conseil national de recherches du Canada, consultez Un éducateur accompli.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada et ne manquez pas de visiter la Commission des lieux et monuments historiques.

Date de modification :