Cette semaine en histoire

Archives

Briser la glace

Pour la semaine du lundi le 4 juillet 2016

Le 8 juillet 1954, le NCSM Labrador quitte Sorel, au Québec, à destination d’Halifax, en Nouvelle‑Écosse, pour y subir des dernières vérifications avant d’entreprendre son premier voyage dans l’Arctique. Ce navire patrouilleur a pour mission d’affirmer la souveraineté du Canada dans l’Arctique durant la guerre froide.

Carte de l’itinéraire du voyage du Labrador en 1954
© Agence Parcs Canada, 1980

Au milieu du 20e siècle, l’Arctique reste une terre largement inconnue, et les revendications du Canada sur ces eaux sont loin d’être réglées. Les tensions avec l’Union soviétique qui suivent la Seconde Guerre mondiale s’amplifient, et les activités d’exploration de l’Arctique entreprises par les Soviétiques deviennent très préoccupantes. Toutefois, la plupart des opérations de sécurité dans l’Arctique relèvent des États‑Unis, par exemple le Réseau d’alerte avancé (DEW) traversant le Nord. Si le Canada veut assurer sa souveraineté dans l’Arctique, il doit accroître sa présence dans la région.

Le Labrador entre en service en 1951. Il reçoit son nom l’année suivante. Sa conception est inspirée des brise‑glace de classe Wind de la marine américaine, mais avec des modifications afin de pouvoir aussi servir de navire de recherche. Pendant six ans, le Labrador est le seul bâtiment canadien dans l’Arctique.

Le NCSM Labrador dans l’Arctique
© Musée canadien de la guerre / Collection d’archives George- Metcalf / CWM 19920085-1004

Le Labrador met le cap sur l’Arctique le 23 juillet 1954, avec à son bord une équipe de chercheurs du Conseil national de recherches du Canada chargés de recueillir des données océanographiques. Le potentiel minier de la région se précise, d’où l’importance d’autant plus grande pour le Canada d’y affirmer sa souveraineté.

Le Labrador participe à l’établissement et à l’approvisionnement du Réseau DEW qui s’étend de l’Alaska à l’île de Baffin. Les 63 stations du réseau sont équipées pour détecter l’approche de missiles de longue portée ou d’aéronefs en provenance de l’Union soviétique. Le Labrador a également pour mission de visiter les postes côtiers de la Gendarmerie royale du Canada et, si possible, de franchir le passage du Nord‑Ouest. En septembre 1954, le Labrador devient le premier navire à fort tirant d’eau à réussir cet exploit. Ce faisant, il fait flotter le drapeau canadien dans tout l’archipel Arctique, affirmant ainsi la souveraineté du Canada dans la région.

Le Voyage de 1954 du NCSM Labrador est un événement d’importance historique nationale en raison de son rôle dans l’affirmation de la souveraineté du Canada dans l’Arctique et de sa contribution à la connaissance de la région. Pour en savoir plus sur la guerre froide, lisez les articles Sous terre pour survivre, Réflexion profonde à Thinkers’ Lodge et Des espions soviétiques au Canada dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada. Apprenez davantage à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :