Cette semaine en histoire

Archives

Le capitaine Vancouver cartographie la côte Ouest du Canada!

Pour la semaine du 29 mars 2016

Le 1er avril 1791, George Vancouver, alors capitaine au service de la Royal Navy, quitte l’Angleterre à la tête d'un convoi formé du  NSM Discovery et le NSM Chatham. Il fait voile vers l'Amérique du Nord, avec pour mission d'aller arpenter la côte Nord-Ouest du continent. Représentation très fidèle de l’une des côtes les plus complexes de la planète, sa carte fera autorité pendant des décennies. L’île de Vancouver, en Colombie‑Britannique, sera d’ailleurs baptisée en l’honneur de l’explorateur.

Portrait du capitaine George Vancouver, artiste inconnu
©National Portrait Gallery, Londres, NPG503

Le périple de Vancouver retrace, au sens propre et au sens figuré, le sillage de son ancien capitaine et mentor, James Cook. Celui-ci avait effectué trois voyages d'exploration dans le Pacifique, en 1769, en 1772 et en 1776. Un jeune George Vancouver avait participé aux deuxième et troisième de ces voyages, et avait ainsi accumulé de vastes connaissances en navigation, en cartographie et en astronomie. Lors du voyage de 1772, les explorateurs avaient cartographié une bonne partie du Pacifique Sud. L'expédition de 1776 visait à trouver l'ouverture d'un passage vers l’Arctique depuis la côte ouest de l’Amérique du Nord. Le but visé n'a pas été atteint, mais le voyage a néanmoins permis de dresser une carte des côtes de l’Alaska et de Yuquot (la baie Nootka).

Vancouver a l'occasion, en décembre 1790, de prendre la barre. Il sert à bord de plusieurs navires de guerre dans les Antilles pendant neuf ans puis se voit confier la tâche d’arpenter la côte de l’Amérique du Nord de San Francisco, en Californie, jusqu'au bras Cook’s, en Alaska. Il est également chargé de trouver un passage reliant l’océan Pacifique à la baie d’Hudson.

“INSERT
Carte de l'île de Vancouver et du golfe de Georgia tracée par Vancouver 
© Bibliothèque et Archives Canada, no d'entrée R11630-2824-1-E

En 1791, Vancouver contourne le cap de Bonne Espérance et fait route jusqu’en Australie. Il sillonne la côte sud-ouest du continent avant de mettre le cap sur Tahiti. Il passe l’hiver à Hawaï et dresse une carte de l’archipel. Vancouver aperçoit le continent nord-américain le 17 avril 1792 et entreprend d’arpenter le littoral découpé et les archipels qui s’étendent au nord de San Francisco. Il se sert de ses navires pour déterminer la forme générale du littoral et de petites embarcations pour en explorer les échancrures. Après trois ans d’arpentage, le capitaine Vancouver entreprend le chemin du retour en passant par le cap Horn. Il regagne les côtes de l'Angleterre le 20 octobre 1795. Somme toute, l'équipage aura fait le tour du monde. À cheval sur la discipline et moins bienveillant à l’endroit des Premières Nations que ne l’avait été son mentor Cook, Vancouver réussit néanmoins à accomplir avec grande précision l’une des missions d’arpentage les plus difficiles de son époque. Ses journaux de bord sont publiés en 1798, peu après son décès à l’âge de 40 ans.

Cette année marque l’Année internationale de la carte! Le capitaine George Vancouver est une personne d'importance historique nationale. Pour en savoir plus sur l’exploration de la côte ouest du Canada par les Européens, lisez No habla español! La retraite du « lac espagnol ». Pour en savoir plus sur la recherche du passage du Nord-Ouest, lisez À la recherche du passage du Nord-Ouest et Perdus dans l’Arctique dans les archives de Cette semaine en histoire.  

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada et ne manquez pas de visiter la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :