Cette semaine en histoire

Archives

Cartographier le Canada

Pour la semaine du 28 décembre 2015

Le 28 décembre 1801, le cartographe Samuel Holland meurt à l’âge de 73 ans. Cartographe d’exception, Holland redéfinit la norme de cartographie au Canada. Capitaine dans l’armée britannique, Holland travaille avec James Cook à dresser la carte du golfe du Saint‑Laurent durant la guerre de Sept Ans. Après la guerre, Holland devient le premier arpenteur général de l’Amérique du Nord britannique. À ce titre, il cartographie la majeure partie du Québec et des Provinces maritimes. Il réalise également la première carte précise de l’île Saint‑Jean (qui deviendra l’île du Prince‑Édouard).

Carte du Grand lac des Esclaves et de la région environnante dessinée par chef Blackmeat pour l’explorateur George Back entre 1819 et 1821
© Bibliothèque et Archives Canada 1994-254 DAP

La cartographie est une activité commune à toutes les cultures humaines. Au fil de récits et de comptes rendus de voyages transmis oralement, les peuples autochtones du Canada avaient acquis des connaissances détaillées sur la cartographie de la majeure partie du pays longtemps avant l’arrivée des Européens. Comme ces cartes faisaient intervenir une nomenclature orale, les endroits qui y étaient recensés étaient souvent baptisés selon leur vocation ou des caractéristiques distinctives, ce qui les rendaient plus faciles à reconnaître et à mémoriser. Les explorateurs européens se sont largement inspirés des guides autochtones et de leurs cartes orales pour naviguer les terres qu’ils dessinaient. Si les cartes orales étaient plus répandues, les voyageurs autochtones en dessinaient aussi. Certaines de ces cartes temporaires, tracées sur de l’écorce, du cuir et du papier, ont été remises aux explorateurs européens et il en existe encore quelques exemplaires aujourd’hui.

La carte d’Alberto Cantino datée de 1502 est la première carte européenne datée de Terre Neuve
© Bibliothèque et Archives Canada 2002-00754-3

La cartographie de l’Amérique du Nord commence après le voyage de Jean Cabot à destination de la « nouvelle terre » en 1497. Cinq ans plus tard, la découverte de Cabot paraît sur une carte du monde portugaise. À l’époque, on croit que Terre‑Neuve est située loin à l’est de l’Amérique du Nord. Après les expéditions de Cabot, la France devient un acteur de premier plan dans la cartographie du Canada. Entre 1534 et 1542, Jacques Cartier établit les positions relatives du golfe du Saint‑Laurent, du fleuve Saint‑Laurent et du détroit de Cabot. En 1623, Samuel de Champlain publie une carte détaillée de l’Amérique du Nord illustrant les terres s’étendant de la baie de Fundy au lac Ontario. Les missionnaires jésuites contribuent également à l’exploration européenne en dressant la première carte complète des Grands Lacs.

Après la signature du Traité de Paris en 1763, l’exploration et la cartographie du Canada sont prises en charge par la Grande-Bretagne, et Holland et de Cook cartographient la majeure partie de l’Est du Canada. Les terres de l’Ouest du pays sont cartographiées quant à elles par des explorateurs et des commerçants de fourrure de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de la Compagnie du Nord‑Ouest. Les explorateurs du Nord‑Ouest, dont Simon Fraser, Alexander Mackenzie et David Thompson, se rendaient généralement plus loin, mais les agents de la Baie d’Hudson produisaient des cartes de meilleure qualité. La côte Ouest du Canada a été tracée par le capitaine Cook de 1778 à 1780, puis par le capitaine George Vancouver de 1792 à 1794. En 1795, Aaron Arrowsmith commence à combiner les cartes de l’Amirauté britannique, de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de la Compagnie du Nord‑Ouest pour produire des cartes de l’Amérique du Nord de grande qualité. Après la fin des guerres napoléoniennes en 1815, la Royal Navy et la Compagnie de la Baie d’Hudson portent un intérêt croissant à l’exploration de l’Arctique, et l’Arctique canadien commence à paraître de façon plus détaillée sur les cartes.

Carte de l’île Saint Jean (plus tard renommée l’île du Prince Édouard) tracée par Samuel Holland en 1775
© Bibliothèque et Archives Canada 4132624

Vers le milieu du 19e siècle, la plupart des principales caractéristiques du Canada ont été cartographiées par les colons européens, mais le Nord du Canada demeure essentiellement terre inconnue. C’est dans les années 1920 que la situation change, avec l’avènement de l’avion de brousse, un tout nouveau type d’aéronef expressément conçu pour se rendre dans les régions éloignées du Canada. La capacité des avions de brousse de décoller à partir de petits lacs, ou d’y amerrir, rend les régions nordiques du Canada plus aisées à explorer et à cartographier. La photographie aérienne, instaurée durant la Première Guerre mondiale, contribué aussi à préciser les cartes du Canada.

2015-2016 est L’Année internationale des cartes! Pour plus d’information sur les explorateurs et les cartographes canadiens, lisez Un arpenteur britannique au Canada, Champlain cartographie les côtes, En avant! Franklin franchit le portage Methye, et Les explorations de William Baffin dans les archives du Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada et visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :