Cette semaine en histoire

Archives

L’avènement des Beaux-Arts au Canada

Pour la semaine de lundi, 9 Novembre, 2015.

Le 13 novembre 1872, l’architecte John MacIntosh Lyle naît en Irlande, mais il grandit à Hamilton, en Ontario. Il est reconnu comme l’un des architectes du style Beaux‑Arts les plus influents au Canada.

Les bâtiments du style Beaux‑Arts sont caractérisés par une variété de styles historiques, un plan symétrique et une riche ornementation. Durant sa longue et fructueuse carrière, John Lyle conçoit de nombreux bâtiments et aménagements partout au Canada, notamment des banques, des théâtres et des jardins. Ayant acquis une certaine maturité dans son travail, Lyle finit par développer un style canadien distinctif.

John M. Lyle
© Parcs Canada
Lyle étudie l’architecture dans des écoles prestigieuses, comme la Yale University School of Architecture et l’École des Beaux‑Arts de Paris. Troublé par ce qu’il perçoit comme l’absence d’un style architectural représentatif du Canada, Lyle contribue au façonnement d’une signature unique à l’architecture canadienne. Dans la décoration de ses édifices, il combine l’approche Beaux-Arts avec des éléments inspirés de l’iconographie canadienne, en particulier la flore et la faune du Canada. Il considère que les architectes n’ont pas besoin d’aller puiser leur inspiration dans l’Europe de la Renaissance ou la Grèce et la Rome antiques, car l’environnement naturel du Canada offre toute l’inspiration nécessaire.

Lyle concentre ses activités dans la région de Toronto. Il apporte une importante contribution au mouvement City Beautiful, lequel aspire à embellir les centres urbains durant la première moitié du 20e siècle. Le succès de Lyle culmine dans les années 1920 : en 1926, il reçoit la médaille d’or du mérite de l’Association des architectes de l’Ontario et il est élu à l’Académie royale des arts du Canada. De plus, il préside l’Art Gallery of Toronto de 1941 à 1944. Lyle laisse sa marque sur l’architecture canadienne par l’influence qu’il exerce sur la relève au fil des conférences, des publications et des expositions auxquelles il participe.

Intérieur du Théâtre royal Alexandra, à Toronto
© Tyson Williams

Le travail de Lyle se retrouve dans plusieurs lieux historiques nationaux du Canada : la gare Union et le Théâtre royal Alexandra (désignés en 1975 et en 1985, respectivement), et le jardin classique du domaine Parkwood, à Oshawa, en Ontario (désignés en 1989). John Lyle prend sa retraite en 1943 et meurt deux ans plus tard.

En reconnaissance de ses réalisations et de l'influence qu’il a exercées sur l’architecture canadienne, John Lyle est désigné personne d’importance historique nationale le 11 avril 2008. Pour en savoir plus sur ses travaux, lisez les articles Vive le show business! et La gare Union dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada ou cliquez ici pour en apprendre davantage sur la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :