Cette semaine en histoire

Archives

Souvenons-nous de Beaumont-Hamel pendant la fête du Canada

Pour la semaine du lundi le 27 juin 2016

Le 1er juillet 1916, une génération entière de Terre-Neuviens périt à Beaumont-Hamel, en France, alors que s'amorce la désastreuse bataille de la Somme. Le 1er juillet demeure encore aujourd'hui une journée de deuil et de souvenir à Terre-Neuve.

Le caribou surveille le monument commémoratif de Terre-Neuve à Beaumont-Hamel près de la ville d'Albert, au nord de la France
© Anciens Combattants Canada

À l’époque, Terre-Neuve est encore une colonie britannique et le Newfoundland Regiment est appelé au front dès les premiers jours du conflit. Après s'être vaillamment défendu en Égypte et à Gallipoli (Turquie), il est dépêché en France en avril 1916.

À la bataille de la Somme, le Newfoundland Regiment est en première ligne aux côtés des Britanniques. Son sort est fixé dès le départ, car l'artillerie britannique, qui bombardait les positions stratégiques des Allemands depuis des semaines, avait malheureusement manqué bon nombre de ses objectifs. Les Terre-Neuviens se retrouvent donc complètement vulnérables au tir ennemi.

Pour gagner leur propre première ligne, alourdis par 30 kilos d'équipement, ils doivent franchir 230 mètres de barbelés sous une pluie d'obus allemands. Sans protection, la plupart des hommes n'atteignent jamais l'objectif. En moins d'une demi-heure, la bataille est terminée. Des 801 hommes que compte le régiment, 255 sont morts, 386 sont blessés et 91 sont portés disparus. On dira de leur effort qu'il « fut un magnifique exemple de vaillance, fondée sur l'entraînement et la discipline. Si leur assaut échoua, c'est que les morts ne peuvent avancer ».

“INSERT
Newfoundland Regiment Insigne de la Première Guerre mondiale
© Anciens Combattants Canada

La bataille de la Somme prit fin en novembre 1916. Après quatre mois de combat, le front avait été repoussé de 10 kilomètres. Ce gain minime avait coûté la vie à plus de 600 000 soldats alliés et à plus de 600 000 soldats allemands.

En hommage à sa bravoure, le Newfoundland Regiment fut le premier régiment colonial autorisé à porter le préfixe « Royal » et fut renommé le « Royal Newfoundland Regiment ». Sur le champ de bataille, plusieurs tranchées ont été laissées intactes et les noms des 1305 Terre-Neuviens tombés au champ pendant la Première Guerre mondiale sont inscrits sur une plaque de bronze.

En 1914, Thomas Nangle fut désigné personne d’importance historique nationale en reconnaissance de ses efforts pour perpétuer le souvenir de la contribution des Terre-Neuviens à la Première Guerre mondiale. Il entreprit de marquer et de documenter chaque lieu de sépulture où reposait un Terre-Neuvien en Europe, et suggéra d’ériger la sculpture d’un caribou à Somme et à quatre autres champs de bataille où les Terre-Neuviens ont combattu. Beaumont-Hamel a été désigné en 1996 comme lieu historique national. Beaumont-Hamel et la Crête de Vimy sont les deux lieux historiques nationaux à l’extérieur du Canada.

Cette année est la troisième année du centenaire de la Première Guerre mondiale. Pour en apprendre d’avantage sur les Canadiens qui ont participé à cette guerre, lisez Une note qui arrive trop tard : les soldats canadiens d’origine japonaise de la Première Guerre mondiale, et Le premier bataillon noir du Canada dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :