Cette semaine en histoire

Archives

La mort de Jean de Brébeuf

Semaine du lundi le 13 mars 2000

Le 16 mars 1649, le missionnaire jésuite français Jean de Brébeuf meurt à Saint-Ignace, dans le centre de l'Ontario. Il a été torturé et tué après avoir été capturé par des guerriers iroquois qui avaient attaqué la mission des jésuites à Saint-Louis.

Jean de Brébeuf

Jean de Brébeuf
© BAC / C-001190

Les premiers missionnaires jésuites arrivent au Canada en 1625 afin de convertir les Autochtones au christianisme. L'un d'eux, Jean de Brébeuf, débarque au Québec en juin 1625 et fait son entrée à Wendake, la terre ancestrale des Hurons-Wendats, connue des Européens sous le nom de Huronie, un an plus tard. Résolu à convertir la population autochtone au christianisme, Brébeuf apprend la langue et les coutumes des Wendats, traduit le catéchisme des jésuites et rédige une grammaire et un dictionnaire de la langue wendat. En 1639, il participe à la fondation de la mission Sainte-Marie, qui sera le quartier-général des missionnaires jésuites jusqu'à sa destruction, en 1649.

Malgré les efforts déployés par Brébeuf en vue de christianiser les Hurons-Wendats, beaucoup d'entre eux sont déterminés à conserver leurs croyances religieuses traditionnelles et assimilent les rituels de l'église catholique à de la sorcellerie. En 1640, après trois terribles épidémies de variole, les Hurons-Wendats accusent Brébeuf et les autres missionnaires français de propager la maladie, et attaquent la mission.

Pendant son séjour au Canada, Brébeuf fait de nombreux voyages et passe plusieurs années au Québec. En 1644, il retourne à Wendake et fonde la mission Saint-Louis. Entre-temps, les hostilités entre les Hurons-Wendats et les Iroquois s'intensifient. Les Iroquois, rivaux traditionnels des Hurons-Wendats, cherchent à éliminer leurs ennemis et lancent fréquemment des attaques contre les avant-postes  et les missions de leurs alliés. La mission de Brébeuf à Saint-Louis est la cible d'une de ces attaques. En 1649, les Iroquois déferlent sur la mission et la détruisent. Ils capturent le père Brébeuf et un autre jésuite, le père Gabriel Lalemant, et les emmenent à Saint-Ignace, où ils sont torturés et tués.

<I>Carte de la Huronie</I>

Carte de la Huronie
© Marianne Mitchell / Lysandre Derry

Brébeuf accomplit beaucoup de son vivant. Il compile Les relations des jésuites de 1635 et 1636, des chroniques destinées à guider les autres missionnaires, et il compose en langue wendat le premier chant de Noël canadien, «Noël huron» ou «C'était à l'époque de la lune d'hiver», dont il fait cadeau aux Hurons-Wendats.

Les Pères jésuites ont été commémorés à l'échelle nationale pour leur travail missionnaire au Canada depuis 1625. Jean de Brébeuf a été canonisé par l'Église catholique en 1930 et déclaré deuxième saint patron du Canada en 1940. Ses ossements sont conservés dans un reliquaire au sanctuaire des Martyrs, près de Midland, en Ontario. Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons (recréée sur le site même de la mission originale) et la mission Saint-Louis ont été désignées lieux historiques nationaux.

Pour plus d'information, allez au lieu historique national Cartier-Brébeuf.

Date de modification :