Cette semaine en histoire

Archives

« Attends-moi, papa! »

Semaine du lundi 28 septembre 2015

Le 1er octobre 1940, le photographe Claude P. Dettloff, du Vancouver Daily Province, immortalise une scène qui deviendra la photo symbolique de la Seconde Guerre mondiale, intitulée « Attends-moi, papa! ».

Le moment clé survient lorsque le photographe se trouve à New Westminster, en Colombie-Britannique, où il photographie les hommes du British Columbia Regiment (Duke of Connaught’s Own Rifles) descendant au pas la 8e Rue. Les soldats se dirigent vers le SS Princess Joan et le front européen. Dettloff est sur le point d’enfoncer le bouton de son appareil lorsqu’il aperçoit un jeune garçon échapper aux mains de sa mère pour courir vers son père qui fait partie de la procession. Clic! Cette image du manteau maternel qui bat au vent, de la main tendue du gamin et du sourire attendri du père vient d’être immortalisée.

« Attends-moi, papa! », prise par Claude Dettloff, 1940
© Claude Dettloff / Bibliothèque et Archives Canada / 1940

Pour les Canadiens, la photo de Dettloff finit par symboliser les liens entre les soldats et ceux qu’ils laissent derrière eux. Le garçon qui tente de rejoindre son père évoque la douleur de la séparation imposée par la guerre, tandis que les soldats marchant au pas illustrent la fierté et la loyauté à l’égard du Canada. Pour le petit garçon sur la photographie, Warren « Whitey » Bernard, ce moment le suivra toute sa vie.

La photo paraît le lendemain dans le Vancouver Daily Province et fait le tour du monde. Durant la guerre, elle est reprise dans les magazines Life, Liberty, Time, Newsweek et Reader’s Digest, et est affichée dans d’innombrables écoles de la Colombie‑Britannique. Bien des années plus tard, l’épouse de Whitey s’amusera à dire qu’elle l’a vu à plusieurs reprises avant de vraiment faire sa connaissance.

“INSERT
Retrouvailles de Jack et Whitey Bernard à la gare ferroviaire du Canadien National, 1945
© Claude Dettloff / Bibliothèque et Archives Canada / 1945

La photo retient aussi l’intérêt du gouvernement. Whitey est recruté pour la campagne des obligations de la Victoire qui vise à financer l’effort de guerre du Canada. À l’occasion d’activités de collecte de fonds publics, Whitey prend la parole pour dire : « Lorsque vous regardez la photo, pensez à tous les petits garçons et à toutes les petites filles du Canada qui, comme moi, aimeraient voir rentrer leur papa à la maison. C’est pourquoi nous vous demandons de songer avant tout à la “Victoire”. » Son discours soigneusement répété touche les gens droit au cœur et les incite à acheter des obligations.

Soixante-quatorze ans plus tard, le 4 octobre 2014, un bronze illustrant la scène est inauguré non loin de l’endroit où la photo a été prise. Whitey est présent, tenant la main de sa petite-fille durant la cérémonie. La célèbre photographie est aussi commémorée par un timbre et une pièce de deux dollars.

Cette année marque le 75e anniversaire de cette photographie. Pour en apprendre davantage sur les obligations de la Victoire et l’effort de guerre au Canada, lisez Et si..., Terre-Neuve : mère-patrie des chaussettes préférées des troupes! et Au boulot! dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada, et ne manquez pas de visiter la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :