Cette semaine en histoire

Archives

Un soldat des Six-Nations durant la Première Guerre mondiale

Semaine du lundi 21 septembre 2015

« Je, Cameron D. Brant, par la présente, m’engage et accepte de servir dans le Corps expéditionnaire canadien outre-mer»

Le 22 septembre 1914, Cameron D. Brant, arrière-arrière-petit-fils du célèbre chef de guerre mohawk Joseph Brant, joint le Corps expéditionnaire canadien pour combattre outre-mer dans une toute autre guerre que celle de son ancêtre. Quelques jours plus tard il traversera l’Atlantique pour poursuivre son entraînement en Angleterre.

Le premier contingent canadien, dans la baie de Gaspé
© Bibliothèque et Archives Canada / E. Espèrence / Canada Patent and Copyright Office / PA-030192

Cameron D. Brant, des Six-Nations de la rivière Grand, entame sa vie militaire bien avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il étudie à l’école militaire de London, Ontario, et sert pendant six ans dans le 37e Régiment. Dès que le Canada entre en guerre, il s’empresse de se porter volontaire, même si les autochtones, n’ayant pas les même droits que les citoyens canadiens, n’ont pas les mêmes devoirs envers la patrie.

Comme la plupart des recrues, Brant fait son entraînement à Valcartier, au Québec, station militaire qui devient la base d’entraînement principale du Corps expéditionnaire canadien. Là, il est promu au rang de lieutenant et rejoint le 4e bataillon d’infanterie. Après s’être enrôlé dans le Corps expéditionnaire canadien il s’embarque sur le S.S. Tyrolia pour continuer sa formation sur les plaines boueuses de Salisbury, en Angleterre. Quelques mois plus tard, son bataillon part pour le front français.

Cameron D. Brant
© Great War Centenary Association

En avril 1915, sa troupe participe pour la première fois à une grande bataille, soit la deuxième bataille d’Ypres, en Belgique. Sous la féroce attaque allemande et les gaz toxiques envoyés sur les troupes alliées, Cameron D. Brant, âgé de 28 ans, disparait. Il est déclaré « mort au combat » le 26 avril 1915. Son nom demeure sur les lieux du combat, parmis ceux des 55 000 autres soldats portés disparus pendant la Première Guerre mondiale.

Cameron D. Brant a été l’un des premiers membres des Six-Nations à s’enrôler dans l’armée canadienne lors de la Première Guerre mondiale. La communauté a, à elle seule, fourni environs 300 hommes au front dont plusieurs se sont distingués comme tireurs d’élite ou éclaireurs.

Le Service-militaire-des-Autochtones-pendant-la-Première-Guerre-mondiale a été désigné événement historique national en reconnaissance de la contribution volontaire et importante des Premières Nations, incluant les hommes des Six-Nations, à l’effort de guerre du Canada.

Pour en savoir plus sur les exploits canadiens lors de la Première Guerre mondiale, lisez Pionnier de l’aviation de brousse, Le caporal Pegahmagabow, l’un des meilleurs tireurs d'élite de la Première Guerre mondiale et Les Canadiens entrent dans la bataille à Passchendale dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada, et ne manquez pas de visiter la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :