Cette semaine en histoire

Archives

Argent, monnaie et billets!

Pour la semaine du lundi, le 13 juillet, 2015

Le 19 juillet 1937, au terme d’une série de révisions du système monétaire qui a débuté avant la Confédération, la Banque du Canada émet pour la première fois un billet de banque bilingue. Cela marque un tournant dans l’histoire du bilinguisme au Canada.

Billet de 1 $ de la série émise en 1937
© Collection nationale de monnaies – Banque du Canada, Ottawa
Avant la Confédération en 1867, les colonies britanniques d’Amérique du Nord ont chacune leur propre monnaie. Les banques à charte émettent le papier-monnaie en anglais ou en français, selon les lois en vigueur dans la colonie où elles se trouvent. Ces premiers billets de banque circulent souvent librement entre les colonies, en dépit de cours parfois différents. Par ailleurs, pour ajouter encore à la confusion, maints établissements coloniaux considèrent également que certaines devises étrangères ont cours légal, notamment les monnaies espagnole et américaine. Toutefois, après 1821, les seules devises acceptées en Amérique du Nord sont la livre britannique et la « monnaie d’Halifax ».

En 1841, le Haut et le Bas-Canada s’unissent pour former la province du Canada. L’Acte pour pourvoir à l’émission de Billets Provinciaux permet à la province du Canada de commencer à émettre ses propres billets en plus des billets des banques privées déjà en circulation. La Confédération donne au nouveau gouvernement du Dominion des pouvoirs bancaires et financiers. À mesure que de nouvelles provinces adhèrent à la Confédération, elles adoptent la monnaie canadienne, quoique certaines d’entre elles, comme la Nouvelle-Écosse, conservent leur propre devise. La question de la pluralité des monnaies est finalement réglée avec l’adoption de la Uniform Currency Act (loi sur l’uniformité de la monnaie) de 1871, acte qui convertit toutes les monnaies provinciales en dollars canadiens.

Le bâtiment du lieu historique national de l’Ancienne-Banque-du-Canada a été occupé par la succursale de Toronto de 1937 à 1951
© Agence Parcs Canada

La Loi financière de 1914, qui confère au gouvernement fédéral certains des pouvoirs d’une banque centrale, marque un autre pas vers la centralisation bancaire. Par exemple, elle confie au gouvernement fédéral la fonction de prêteur de dernier ressort aux banques privées. Vingt ans plus tard, la Banque du Canada est créée et son administration centrale est établie à Ottawa. Elle émet des billets de banque pour toutes les provinces de la Confédération et accorde aux banques à charte 25 ans pour retirer leurs propres billets de la circulation. La première émission de monnaie par la Banque du Canada, survenue en 1935, comporte des billets distincts en anglais et en français. Ce n’est que lors de la deuxième émission, en 1937, après des modifications apportées à la Loi sur la Banque du Canada, que les deux langues figurent sur un même billet.

La monnaie bilingue a précédé le bilinguisme officiel au Canada. Ce n’est qu’après la création de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme en 1963 que les services fédéraux sont devenus officiellement bilingues. L’Ancienne-Banque-du-Canada, à Toronto, a été désignée lieu historique national en 1958. Pour en savoir plus sur la Banque du Canada, consultez Le « New Deal » de Bennett ou le site Web du Musée de la Banque du Canada. Pour en savoir plus sur l’avènement du bilinguisme au Canada, lisez Un Canadien obtient le prix Nobel de la paix dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada! Visitez aussi la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :