Cette semaine en histoire

Archives

Ouvrir la voie aux femmes noires du Canada

Pour la semaine du lundi, le 12 octobre, 2015

Le 13 octobre 1918 naît Kathleen « Kay » Livingstone (née Jenkins) à London, en Ontario. Ses parents sont les fondateurs du journal noir The Dawn of Tomorrow. Ceux-ci inspirent chez Kay, dès un jeune âge, un sentiment de communauté et le désir de défendre les droits civils. Toute sa vie durant, Livingstone sera un chef parmi les femmes noires au Canada, et une source d’inspiration pour nombre d’entre elles.

Kay Livingstone, 1918-1975
Hill, Lawrence. Women of Vision: the story of the Canadian Negro Women's Association, 1951-1976. Toronto: Umbrella Press, 1996. © Ontario Black History Society (OBHS)

Livingstone est attirée très tôt par les arts de la scène. Elle fait des études en arts d’interprétation avant d’entamer une brillante carrière sur les planches et à l’écran. En 1942, elle épouse l’Afro‑Canadien George Livingstone. Le couple s’installe à Toronto. Kay anime plusieurs émissions de radio, dont le « Kay Livingstone Show » diffusé par la CBC. Cette émission porte sur la poésie, la musique et les cultures noires du monde entier.

En 1951, Livingstone se joint à un club social appelé « The Dilettantes ». Elle s’emploie rapidement à revoir la vocation du club afin que celui‑ci s’implique davantage sur le plan social. Elle devient la première présidente du club, qui est rebaptisé Canadian Negro Women’s Association (CANEWA). Cette association, dont les activités se déroulent au Canada, est unique en son genre : elle défend les droits de la personne tout en s’activant dans les mouvements féministes. La CANEWA encourage l’émancipation des Noirs dans la société et, à la fin des années 1950, organise la première semaine de l’histoire des Noirs.

Kay Livingstone présentant un prix d’excellence en théâtre à Percy Rodriguez, 1961.
Hill, Lawrence. Women of Vision: the story of the Canadian Negro Women's Association, 1951-1976. Toronto: Umbrella Press, 1996. © CANEWA

Livingstone entre dans l’histoire en 1973, lorsqu’elle dirige l’organisation du premier Congrès national des femmes noires au Canada. Durant ce congrès, des conférenciers de partout au pays se penchent sur l’éducation, l’immigration et l’image des Noirs dans les médias. L’évènement a inspiré la tenue de nombreuses autres conférences. L’organisme Congrès national des femmes noires du Canada s’établit à Winnipeg en 1980.

Par la suite, Livingstone travaillera à titre d’experte‑conseil pour le Conseil privé. Elle parcourt également le pays afin de recueillir des renseignements pour la tenue d’une conférence sur les femmes au sein des minorités. On lui attribue souvent la création du terme « minorités visibles ». Elle décède en 1975.

Parmi ses legs, mentionnons notamment le Congrès national des femmes noires du Canada, toujours actif dans plusieurs villes canadiennes, et la Kay Livingstone Memorial Scholarship, une bourse remise aux étudiants méritants.

En raison de son combat pour l’égalité et de ses efforts inlassables pour la création d’un réseau national de femmes noires, Kay Livingstone a été désignée personne d’importance historique nationale le 19 juillet 2011. Pour en savoir plus sur l’histoire des femmes noires au Canada, lisez les pages suivantes dans les archives de Cette semaine en histoire : La musique abat les barrières raciales, En avance sur son temps : Marie Marguerite Rose et La légendaire Harriet Tubman.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada! De plus, visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :