Cette semaine en histoire

Archives

Des vétérinaires canadiens se joignent au combat!

Pour le semaine du lundi le 2 novembre, 2015

Le 2 novembre 1910, le Canada crée le Canadian Army Veterinary Corps (CAVC) pour veiller au bien-être de ses combattants à quatre pattes.

En effet, avant que les véhicules militaires modernes ne fassent leur entrée en scène, les armées comptaient sur des animaux, notamment des chevaux et mulets, pour assurer le transport des troupes, des armes et du ravitaillement. Des vétérinaires avaient déjà offert leurs services à des régiments lors de conflits antérieurs, mais le CAVC marque la première organisation officielle de vétérinaires. Celle-ci a d’ailleurs joué un rôle déterminant dans la réussite du Canada pendant la Première Guerre mondiale.

Officiers en train de mettre un bandage à un cheval blessé par des éclats d’obus
© Canada. Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-001680

La force animale canadienne pendant la Première Guerre mondiale compte environ 23 500 chevaux et mulets. Toutefois, le CACV doit aussi prendre soin des chevaux des autres armées de l’Empire britannique, et le nombre d’animaux soignés par les Canadiens s’élève à 50 000 par semaine.

Le CAVC travaille à partir d’hôpitaux en Angleterre et en France. Cependant, lorsqu’il s’agit de soigner des blessures plus graves, il dépêche des officiers au front. Les vétérinaires du CAVC sont chargés d’effectuer un travail spécialisé, ce qui veut dire qu’ils ont droit à peu de repos car il est difficile de les remplacer lorsqu’ils prennent congé.

En raison du nombre élevé de bêtes qui nécessitent des soins et du manque de vétérinaires, le CAVC assouplit ses exigences en matière d’enrôlement, ce qui permet d’accepter la candidature de personnes qui sont encore aux études. En 1915, des étudiants en dernière année d’études au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario profitent de l’occasion pour servir dans le CAVC.

Un cheval se tenant debout dans l’eau pour soulager une douleur à une patte blessée
© Canada. Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-005004

Grâce aux compétences et à l’expertise des vétérinaires du CAVC, 80 pour 100 des chevaux canadiens et de l’Empire britannique blessés peuvent retourner au champ de bataille. Le CAVC reçoit la désignation royale en 1919 et devient le Royal Canadian Army Veterinary Corps. Il est démantelé durant la Seconde Guerre mondiale, en 1940, année où les véhicules motorisés remplacent la force animale.

Le Canadian Army Veterinary Corps est un exemple des nombreux domaines où l’expertise médicale canadienne a été mise à contribution durant la Première Guerre mondiale. L’apport d’autres professionnels de la santé, comme le lieutenant-colonel John McCrae, médecin de l’armée canadienne, et Elizabeth Smellie, infirmière militaire, a été commémoré, et ces personnes ont été désignées personnes d’importance historique nationale en reconnaissance du rôle qu’elles ont joué pendant le conflit. Le Dr Frank W. Schofield, professeur au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario, est également une personne d’importance historique nationale.

Cette année marque le centenaire de la Première Guerre mondiale! Pour en savoir plus, lisez les pages suivantes dans les archives de Cette semaine en histoire :Le Canada entre dans la Grande Guerre, Une future héroïne de guerre, Souvenirs éternels et Oh, la barbe! Le lien entre le Canada et Winnie l’ourson. Vous pouvez aussi visiter la page Commémorations des guerres mondiales du gouvernement du Canada. Pour découvrir l’histoire des animaux les plus braves du Canada durant la guerre, lisez Sergeant Gander au travail!

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada! De plus, cliquez ici pour en apprendre davantage sur la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :