Cette semaine en histoire

Archives

Les activités secrètes des services de renseignement au Camp X

Pour la semaine du lundi le 30 novembre 2015

Le 6 décembre 1941, l’École spéciale d’entraînement numéro 103, mieux connue sous le nom de « Camp X », est fondée dans le plus grand secret à Whitby et à Oshawa, en Ontario. Établi par William Stevenson, le chef canadien de la British Security Co-ordination (BSC), le Camp X est une installation d’entraînement qui se consacre à la formation de spécialistes du renseignement canadiens et américains pendant la Seconde Guerre mondiale.

Affiche singulière à l’entrée du Camp X
© Lynn Philip Hodgson
Le Secret Intelligence Service de la Grande-Bretagne met sur pied la BSC en juin 1940 afin d’étendre ses opérations de renseignement en Amérique du Nord et en Amérique du Sud durant la guerre. Le mandat de la BSC consiste en partie à établir une école spéciale d’entraînement au Canada, l’un des pays alliés des Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Camp X emploie les meilleurs spécialistes britanniques et canadiens du renseignement, qui font de recrues déjà hautement qualifiées des agents secrets dignes de ce nom. Les cours durent de une à 10 semaines et permettent aux futurs agents d’apprendre l’art de l’espionnage, du sabotage et de la subversion. Les étudiants sont poussés à leurs limites au fil des simulations réalistes qui font partie de leur formation aux techniques de combat à mains nues, au maniement d’armes, à l’exécution silencieuse et à la démolition. Les recrues apprennent également des techniques psychologiques pour repérer rapidement et avec précision les agents doubles, résister aux interrogatoires s’ils se font capturer, et mener à bien leur mission malgré la pression. Lorsque le Camp X ferme en 1944, plus de 500 agents y ont complété un entraînement. Ils sont ensuite envoyés en Amérique du Nord et du Sud pour y mener des opérations secrètes, ou encore en Grande-Bretagne pour peaufiner leur entraînement avant d’être déployés dans des missions de guerre clandestines en Europe.

Formation aux explosifs au Camp X, 1943
© Lynn Philip Hodgson

Le Camp X abrite également une station de retransmission de pointe des communications ultrasecrètes, appelée Hydra. Utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, la station Hydra assure la transmission sécurisée de renseignements hautement classifiés entre le Canada, les États‑Unis et la Grande‑Bretagne, et permet de tisser et de maintenir entre ces pays des liens étroits en matière de renseignement. La station est exploitée jusqu’en 1969, en pleine guerre froide.

En raison de leur nature ultrasecrète, les opérations de renseignement et l’entraînement connexe menés au Camp X ne peuvent être immédiatement reconnus, pas plus que les courageux efforts des hommes et des femmes associés à ces opérations. Pour enfin rendre hommage à ces importantes contributions, les activités secrètes des services de renseignement au Camp X sont aujourd’hui un évènement d’importance historique nationale.

Cette année marque la deuxième année du 75e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale! Pour en savoir plus sur la contribution du Canada à l’effort de guerre en sol canadien, lisez Au boulot!, La détention de prisonniers de guerre au Canada pendant la Seconde Guerre mondiale et (2015.47) dans les archives de Cette semaine en histoire. Vous pouvez également visiter les Commémorations des guerres mondiales.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada et visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :