Cette semaine en histoire

Archives

Hogan’s Alley, une communauté vivante

Semaine du lundi 23 février 2015

Le 24 février 2013, la ville de Vancouver en Colombie-Britannique dévoile une plaque à l’emplacement de l’ancienne ruelle nommée Hogan’s Alley, afin de reconnaître officiellement les liens historiques profonds du secteur avec la première communauté noire de la ville.

Hogan’s Alley, le seul quartier de Vancouver où la population noire a prédominé du début au milieu du 20e siècle, est le nom familier donné au secteur compris entre Park Lane et Jackson Avenue. La communauté noire commence à s’y établir à partir des années 1890. Le choix de ce lieu de résidence est directement lié à la politique non officielle en matière de logement qui existe à l’échelon municipal et qui repousse les communautés ethniques, notamment les Chinois, vers l’est de la ville, loin du centre-ville, dans le secteur dit du « East End ». Cet emplacement, combiné aux possibilités d’emploi limitées par la discrimination raciale, pousse bon nombre des hommes qui habitent Hogan’s Alley à travailler comme garçons de service dans les trains. Ils sont affectés aux wagons-lits, où ils servent les passagers. Leur syndicat, la Fraternité des porteurs de wagons-dortoirs, exploite un local d’assemblée dans Hogan’s Alley.

Perspective sur la rue Prior, qui faisait partie de Hogan’s Alley
© Archives de la Ville de Vancouver / CVA 203-58 / photo de B. J. Ray

L’Église africaine méthodiste épiscopale constitue le centre de la vie sociale de la communauté noire très soudée qui habite Hogan’s Alley. Tous s’y rassemblent le dimanche ainsi que lors de fêtes et de pique-niques. Les petits restaurants typiques où l’on sert du poulet frit, des haricots, du pain de maïs et d’autres mets typiques de la gastronomie du Sud y sont très populaires. Le plus fameux d’entre eux se nomme Vie’s Chicken and Steak House. Il est ouvert de 17 h à 5 h du matin pour permettre aux porteurs et marins de venir y prendre un repas après leur quart de travail. Nora Hendrix, la grand-mère de la légende du rock Jimi Hendrix, y a travaillé! Le restaurant compte une boîte à musique, ce qui en fait un lieu de rassemblement de choix à la fermeture des boîtes de nuit.

“INSERT
Timbre commémorant Hogan’s Alley paru en 2014
© Société canadienne des postes, 2014

À la tombée de la nuit, le quartier offre de nombreux endroits de divertissement. Il n’était pas rare pour des musiciens noirs comme Louis Armstrong de s’arrêter et de jouer dans les différents lieux de rassemblement de Hogan’s Alley. La police de Vancouver surveille le secteur de près, mais cible tout particulièrement la seule boîte de nuit appartenant à un Noir, le Harlem Nocturne.

La mauvaise réputation de Hogan’s Alley est une des raisons qui entraîne le réaménagement du quartier dans les années 1950. Dans ses efforts de revitalisation du East End, la Ville de Vancouver achète des terrains dans Hogan’s Alley et y fait construire deux grands immeubles à logements pour héberger les résidents déplacés. En 1972, la construction d’un viaduc pour ouvrir le passage d’une autoroute achève de démanteler ce qu’il reste de cette communauté autrefois dynamique.

Les pionniers noirs en Colombie-Britannique et les porteurs noirs dans les chemins de fer et leurs activités syndicales ont été désignés des événements d’importance historique nationale. Une autre communauté noire importante, Africville en Nouvelle-Écosse, a été désignée lieu historique national.

Février est le mois de l’histoire des Noirs! Pour en savoir plus sur le patrimoine des Canadiens noirs, lisez les articles Les pionniers noirs en Colombie-Britannique, La lutte contre la discrimination raciale et Africville : la vie après la mort dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada! De plus, cliquez ici pour en apprendre davantage sur la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :