Cette semaine en histoire

Archives

« Les Olympiques du Nord »

Semaine du lundi 9 mars 2015

C’est le 9 mars 1970 qu’ont lieu les premiers Jeux d’hiver de l’Arctique à Yellowknife, dans les Territoires du Nord‑Ouest. Cet événement marque le début d’une tradition bisannuelle qui célèbre le patrimoine du Nord.

La cérémonie d'ouverture des premiers Jeux d'hiver de l'Arctique
© D. Paterson / Direction de la Santé et du Sport amateur / Département de la Santé nationale et du Bien-être social / Bibliothèque et Archives Canada / e007914210

Fondés sur les principes de la performance athlétique, de la mise en valeur de la culture et de l’interaction sociale, les Jeux d’hiver de l’Arctique sont créés dans la foulée des premiers Jeux d’hiver du Canada. Lors de ces premiers Jeux d’hiver du Canada, les équipes des Territoires du Nord‑Ouest et du Yukon sont continuellement dominées, et les affrontements se terminent souvent par des pointages très inégaux. Cal Miller, conseiller financier de l’équipe qui représente le Yukon aux Jeux d’hiver du Canada, décide donc de créer un événement où les équipes du Nord pourront se mesurer à forces égales. C’est grâce à l’appui des commissaires du Yukon et des Territoires du Nord‑Ouest (leaders fédéraux), du gouverneur de l’Alaska et du ministre des Affaires indiennes et du Nord Canada (aujourd’hui le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord) que les Jeux d’hiver de l’Arctique voient le jour.

Les premiers Jeux sont ouverts par le très honorable Pierre Elliott Trudeau, premier ministre à l’époque. Quelque 500 athlètes viennent du Yukon, des Territoires du Nord‑Ouest et de l’Alaska pour y participer. Les Jeux accueillent aujourd’hui près de 2,000 athlètes et entraîneurs, ainsi que des équipes provenant notamment du Nunavik (Nord du Québec), du Nord de l’Alberta, du Nunavut, du Groenland, de la région de Yamal en Russie et du Nord de la Scandinavie.

Un participant à la compétition de trapèze volant
© D. Paterson / Direction de la Santé et du Sport amateur / Département de la Santé nationale et du Bien-être social / Bibliothèque et Archives Canada / PA-134940

Le hockey, le curling, le ski alpin et la raquette figurent tous au programme des Jeux d’hiver de l’Arctique, au même titre que la course de chiens de traîneau (discipline chronométrée où chaque participant doit réaliser un parcours en pilotant un traîneau tiré par un attelage de chiens) et des disciplines reprises des Jeux dénés et des sports arctiques inuits, lesquels sont propres à ces communautés autochtones. Ces sports nécessitent peu d’équipement, voire aucun. À l’origine, ils avaient pour but d’enseigner les habiletés nécessaires à la survie sur la terre, comme la force, la souplesse, l’endurance et la tolérance à la douleur. Dans cette dernière catégorie, on trouve entre autres le saut sur les jointures, une discipline où les participants se placent parallèles au sol, en position semblable à la planche, et prennent appui uniquement sur les orteils et les poings pour se propulser vers le haut et vers l’avant. L’athlète qui parcourt la plus longue distance dans cette position est déclaré gagnant.

Les Jeux d’hiver de l’Arctique sont aussi l’occasion de mettre en vitrine, au gré de montages et d’expositions, la culture des communautés participantes. On peut également assister à des spectacles de chant guttural inuit, de violon métis et de tambour déné. Avec leurs cérémonies d’ouverture, de clôture et de présentation des médailles, les Jeux d’hiver de l’Arctique sont vraiment les « Olympiques du Nord ».

Le très honorable Pierre Elliot Trudeau, premier ministre du Canada de 1968 à 1979 et de 1980 à 1984, a inauguré les premiers Jeux d’hiver de l’Arctique. Il est une personne d’importance historique nationale. Pour plus d’information sur la culture et l’histoire inuites, veuillez consulter les pages suivantes des archives de Cette semaine en histoire: Notre terre celle des Inuits, Ipirvik et Taqulittuq et Un grand artiste et photographe inuit.

Suivez-nous sur Twitter @ParcsCanada! De plus, cliquez ici pour en apprendre davantage sur la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Date de modification :