Cette semaine en histoire

Archives

L’interprète à la robe dorée

Semaine du lundi 29 septembre 2014

Le 1 octobre 1795, Mikak, interprète et ambassadrice inuite connue qui a aidé les Inuits et les Européens à conclure la paix, décède à Nain, au Labrador. Mikak est née au Labrador vers 1740. Sa vie, particulièrement bien documentée pour l’époque en raison des liens qu’elle entretenait avec les Européens, offre une fenêtre sur la vie des Inuits à cette époque.

Portrait de Mikak avec son fils, Tutauk, peint pendant leur séjour en Angleterre.
© Collection ethnographique de l’Université de Göttingen. Photo par Harry Haase

Le rôle de Mikak en tant qu’ambassadrice commence lorsqu’elle est capturée avec son fils Tutauk et d’autres Inuits par des soldats, à la suite d’une attaque menée par des Inuits contre un groupe de pêcheurs à Cape Charles, au Labrador. Après avoir passé l’hiver au fort York, toujours au Labrador, où elle impressionne les soldats qui l’ont capturée pas son intelligence et sa capacité d’apprendre l’anglais, Mikak et son fils sont conduits à St. John’s, à Terre-Neuve. De là, le gouverneur de Terre-Neuve prend les dispositions nécessaires pour les envoyer en Angleterre pour qu’ils continuent d’apprendre l’anglais. Il espère en effet qu’à son retour Mikak et son fils pourront aider les Britanniques à améliorer leurs communications avec les Inuits et, du même coup, leurs relations commerciales.

En Angleterre, Mikak selie d’amitié avec de nombreuses personnes grâce à son charisme, y compris la princesse douairière de Gallesles et des missionnaires moraves (une église protestante européenne) qui prévoyaient alors dépêcher une mission au Labrador. Lorsque Mikak regagne le Labrador, elle prépare les Inuits à l’arrivée des missionnaires moraves et accueille ces derniers vêtue d’une robe brodée d’or que lui avait donnée la princesse douairière.

Peinture à l’aquarelle montrant un missionnaire morave s’entretenant avec les Inuits à Nain, au Labrador, vers 1819.
© Bibliothèques et Archives Canada / 1986‑35‑1

En 1770, Mikak guide les missionnaires le long de la côte, les conduisant dans plusieurs campements inuits et les aidant à trouver un endroit où établir leur première mission à Nain. Elle s’assure également que la transition s’effectue harmonieusement, tant pour les Inuits que pour les Moraves, au fur et à mesure que s’établissement ces nouvelles communautés.

La relation entre les Moraves et Mikak n’est toutefois pas toujours parfaite. Les Moraves désapprouvent sa pratique des traditions culturelles inuites et s’opposent au fait qu’elle s’adonne au commerce de certaines marchandises, comme les armes à feu et les pièges, avec les marchands britanniques. Mikak est baptisée sur son lit de mort, présageant le « grand réveil » de 1800-1805, période au cours de laquelle de nombreux Inuits décident de se convertir au christianisme.

Mikak a été désignée personne d’importance historique nationale, et les missions moraves et les Inuits du Labrador ont été désignés événement d’importance historique nationale.

Hopedale et Hebron, deux communautés de missionnaires moraves au Labrador, ont été désignées lieux historiques nationaux. Pour en savoir plus, consultez l’article: Hopedale et Hebron : missions accomplies! de Cette semaine en histoire.

Octobre est le mois de l’histoire de la femme! Pour découvrir d'autres femmes autochtones qui ont laissé leur marque dans l'histoire du pays, lisez les articles suivants: Charlotte Small, une femme remarquable, Une pionnière de la poésie canadienne, et « Ambassadrice de la paix » de Cette semaine en histoire.

Date de modification :