Cette semaine en histoire

Archives

Le 200e anniversaire de naissance de John A. Macdonald

Semaine du lundi le 5 janvier 2015

John A. Macdonald voit le jour à Glasgow, en Écosse, le 11 janvier 1815. Il n’a que 5 ans lorsque sa famille quitte l’Écosse pour aller s’établir dans la colonie du Haut-Canada. Près d’un demi-siècle plus tard, il devient l’un des principaux architectes de la Confédération canadienne et aide à faire de la colonie un pays. Consacré chevalier en 1867 en reconnaissance de ses efforts, sir John A. Macdonald est le premier premier ministre du Canada de 1867 à 1873. Il réintègre le poste en 1878 et le conserve jusqu’à sa mort, en 1891.

Photographie de John A. Macdonald
© Bibliothèque et Archives Canada / C 021291

À titre de premier ministre, Macdonald conçoit et pilote l’expansion rapide des frontières du Canada. Au début, seuls le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Ontario et le Québec adhèrent à la Confédération. Le gouvernement de Macdonald achète de la Compagnie de la Baie d’Hudson les vastes terres des Territoires du Nord-Ouest et triple ainsi la superficie du pays. Il pilote aussi l’entrée dans la Confédération de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de l’Île-du-Prince-Édouard. Le Canada est alors presque aussi grand qu’il l’est aujourd’hui.

Il préside également à la construction de voies ferrées longues distances. Ce fut d'abord l'« Intercolonial », entre Halifax et la ville de Québec, puis, en 1885, une voie ferrée transcontinentale reliant la côte de l'Atlantique à celle du Pacifique. Ces voies ferrées servent de liens entre les régions et ouvrent l'Ouest à la colonisation. Après 1878, le gouvernement Macdonald s'engage dans une « politique nationale » visant à stimuler le développement économique du Canada. La Police à cheval du Nord-Ouest (l’ancêtre de la Gendarmerie royale du Canada) est créée en 1873 sur le conseil de Macdonald pour aider à rétablir l'ordre et à faire valoir la souveraineté dans ces nouveaux territoires.

L’ancien drapeau, l’ancienne politique, l’ancien chef : affiche de la campagne électorale de 1891
© Bibliothèque et Archives Canada / C-006536

La mort de Macdonald le 6 juin 1891, alors qu’il est encore au pouvoir, provoque une vague de tristesse à la grandeur du pays. Des dizaines de milliers de Canadiens font la file pour lui rendre un dernier hommage alors que sa dépouille repose en chapelle ardente, d’abord à Ottawa, puis à Kingston. Des services commémoratifs lui sont consacrés dans les églises partout au Canada et les journaux rendent hommage à « l’ancien chef ».

Pour sa contribution à l’histoire du Canada, sir John A. Macdonald a été désigné personne d’importance historique nationale. Sa résidence, le lieu historique national de la Villa‑Bellevue, et son lieu de sépulture, le lieu historique national du Cimetière-Cataraqui, tous deux situés à Kingston, sont ouverts au public. Earnscliffe, la résidence qu’il a habitée à Ottawa lorsqu’il était premier ministre, est aussi un lieu historique national.

Cette année marque le 200e anniversaire de naissance de John A. Macdonald! Lisez Père d’un pays pour en savoir plus sur sa vie et ses années comme premier ministre. Pour en savoir plus sur la Confédération, lisez les articles suivants dans les archives de Cette semaine en histoire: Le rêve d’une nation, Partenaires de la Confédération, et À la prochaine! Vous pouvez aussi visiter la page Web de Parcs Canada sur les Conférences de Québec et de Charlottetown de 1864.

Date de modification :