Cette semaine en histoire

Archives

À la prochaine!

Semaine du lundi le 8 septembre 2014

Le 8 septembre 1864, des délégués de la Province du Canada, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard dansent et trinquent jusqu’au petit matin. Après une semaine passée à Charlottetown, en Île-du-Prince-Édouard, et consacrée à discuter d'une union de l'Amérique du Nord britannique, ils célèbrent les progrès accomplis vers la Confédération.

Quelques délégués à la conférence de Charlottetown
© Bibliothèque et Archives Canada / PA-091061

À l'origine, les discussions devaient porter principalement sur l'unification des colonies maritimes (la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard), et chacune d'elles envoie donc cinq délégués à la conférence. Toutefois, la Province du Canada vit alors une impasse politique, en dépit des efforts du gouvernement de coalition. Voyant une éventuelle solution dans le projet de Confédération, celui-ci envoie huit délégués à Charlottetown pour promouvoir sa position.

Les réunions se tiennent à l’édifice colonial de Charlottetown (aujourd’hui dit Province House). Le premier jour, les délégués des Maritimes se réunissent seuls et reportent officiellement les discussions sur l’union maritime pour explorer cette possibilité de confédération qui soulève les passions. Du 2 au 6 septembre, John A. Macdonald, George-Étienne Cartier, Alexander Galt et George Brown de la Province du Canada présentent leur projet d’union, y compris les détails financiers et constitutionnels. Après avoir écouté toutes les présentations, les représentants des Maritimes se réunissent à part et donnent leur accord à l’union de toutes les colonies. Les délégués promettent de se réunir à nouveau à Québec, quelques semaines plus tard, pour rédiger une ébauche de constitution reflétant les principes convenus.

Des gens en costume d’époque devant le lieu historique national du Canada Province House
© Parcs Canada

En dehors des débats, les délégués à la Conférence tissent des liens et visitent l’île. Certains d’entre eux forgent des amitiés qui dureront toute la vie. Le dernier soir, les hôtes organisent un grand bal au nom de la camaraderie. Bien qu’aucun accord n’y ait été rédigé, la conférence de Charlottetown jette le fondement des décisions qui seront prises lors de discussions subséquentes à Québec et à Londres, en Angleterre.

La situation canadienne est unique à bien des égards. La danse et les débats de la conférence de Charlottetown ont été en quelque sorte le fondement de la création du Canada, ou comme l’a dit l’historienne de Charlottetown, Catherine Hennessy : « quel autre pays peut se targuer d'avoir vu le jour à la suite d'une succession de fêtes mondaines? »

Les pères de la Confédération sont des personnes d’importance historique nationale, et l’endroit où ils se sont réunis, Province House, est un lieu historique national.

Cette année marque le 150e anniversaire des conférences de Charlottetown et de Québec de 1864. Pour en savoir plus sur ces conférences et sur les pères de la Confédération, consultez Le rêve d'une nation, Charles Tupper, l’un des Pères de la Confédération, Naissance d’un patriote et père de la Confédération, Défaite d'un tenant de la Confédération de l'Île-du-Prince-Édouard, L'anniversaire du premier ministre du Canada, et les Conférences de Charlottetown et Québec de 1864 dans le site web de Parcs Canada.

Date de modification :