Cette semaine en histoire

Archives

Le Princess Pat : un bataillon né de fonds privés

Semaine du lundi le 25 août 2014

Le 28 août 1914, le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (plus souvent appelé le « Princess Pat: ») quitte Ottawa pour se préparer à servir dans la Première Guerre mondiale.

Un court poème rendant hommage au Princess Pat, qui se termine par ces mots :   « Et parmi eux le Princess Pat / Répondit bien : sont-ils atterrés? / NON! “LAISSEZ-LES VENIR” qui est effrayé! » [traduction libre]
© Musée canadien de la guerre / Collection d’archives George Metcalf / CWM 20010083-001

Plusieurs jours après que la Grande-Bretagne ait déclaré la guerre à l’Allemagne, engageant du même coup le Canada, le capitaine Andrew Hamilton Gault offre de financer et d’équiper personnellement un bataillon en vue du service outremer. Il consacre à cette entreprise un montant de 100 000 $ (l’équivalent de 2 millions de dollars aujourd’hui).

Le 10 août 1914, le gouvernement canadien autorise la création du Princess Pat et procède à la réaffectation de fonds supplémentaires au ministère de la Milice et de la Défense. Le lieutenant-colonel Francis D. Farquhar propose alors de nommer le bataillon en l’honneur de la princesse Patricia de Connaught, fille du gouverneur général, le prince Arthur. La princesse et son père acceptent avec grand plaisir.

Le 19 août la mobilisation du régiment est complétée. Il est formé à environ 95 % de Canadiens de tout le pays ayant servi dans l’armée britannique avant la guerre ce qui en fait un bataillon plus expérimenté que le nouveau corps de volontaires mis sur pied à Valcartier, au Québec.

Le Princess Pat passe un mois à Lévis (Québec) à peaufiner ses tactiques de combat avant de s’embarquer pour la traversée de près de trois semaines qui l'amène à Salisbury Plain, en Angleterre, le 18 octobre.

La princesse Patricia inspecte l’unité d’infanterie nommée en son honneur, 1919
© The Central News Ltd. / Bibliothèque et Archives Canada / PA-139714
Le Princess Pat rejoint la 27e Division britannique avec laquelle il est déployé en France. Par la suite, en 1915, il se joint au Corps canadien pour faire partie de la 7e Brigade d’infanterie et livre plusieurs batailles, notamment la sanglante bataille de la crête de Vimy en 1917 et celle des Flandres en 1918.

Après la guerre, le Princess Pat devient partie intégrante de l’armée régulière canadienne et continue de prendre part à différents conflits mondiaux, comme la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), la guerre de Corée (1950-1953) et plus récemment la guerre en Afghanistan. Le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry s’inscrit donc dans l’expérience militaire canadienne depuis un siècle.

Plusieurs désignations historiques nationales sont en lien avec la Première Guerre mondiale, notamment des évocations de service militaire comme les événements d’importance historique nationale que sont Le service militaire des Autochtones pendant la Première Guerre mondiale, Les soldats canadiens d'origine japonaise de la Première Guerre mondiale et le Deuxième Bataillon de la construction.

Cette année marque le centenaire du début de la Première Guerre mondiale. Pour en savoir plus, lisez d’autres articles de Cette semaine en histoire : Août 1914 : le Canada se prépare pour la guerre La naissance du corps de volontaires des Canadiens d’origine japonaise, Unis à la crête de Vimy, Premier coup au tableau de chasse de Billy Bishop et Souvenirs éternels.

Date de modification :