Cette semaine en histoire

Archives

A.Y. Jackson : un artiste dans la nature

Semaine du lundi le 31 mars 2014

« En art, celui qui se soumet est toujours oublié. »

- A.Y. Jackson, le 5 mars 1913

Le 5 avril 1974 marque le décès d'A. Y. Jackson, personnalité connue du monde des arts, figure emblématique nationale et membre fondateur du Groupe des sept.

Maison à Ypres, A.Y. Jackson
© Musée canadien de la guerre / Collection d’art militaire Beaverbrook / MCG 1971026‑0189

Né à Montréal en 1882, Alexander Young Jackson s’intéresse à l’art dès son plus jeune âge. Garçon, il suit déjà des cours à l’Art Association of Montreal chaque semaine. De 1905 à 1913, Jackson parfait son art au fil de voyages en Amérique du Nord et en Europe. Il s’inscrit à la Chicago Art Institute en 1906, puis à l’Académie Julian, à Paris, en 1907. Nombre des œuvres qu’il réalise pendant ses cours, et en dehors de ceux-ci, sont inspirées du mouvement impressionniste.

Pendant plusieurs années, Jackson peine à vendre ses peintures. Il en vend une première en 1913 à Lawren Harris, un riche artiste canadien. C'est alors qu’il se trouve à Toronto pour clore la vente que Jackson fait la connaissance des autres peintres du Groupe des sept, formé par la suite, à l’Arts and Letters Club, un lieu de rencontre animé.

Lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale, Jackson s’enrôle dans l’infanterie. Il ne tarde cependant pas à être muté à  un poste moins dangereux, soit celui de peintre de guerre officiel pour le Bureau canadien des archives de guerre, poste qu’il occupera de 1917 à 1919. Une fois la guerre terminée, il peut recommencer à peindre avec le Groupe des sept, fondé officiellement en 1920.

Taillis le soir, A.Y. Jackson 
© Musée canadien de la guerre / Collection d’art militaire Beaverbrook / MCG 19710261-0189

Passionné de plein air, Jackson est prédisposé à devenir peintre paysagiste, et il voyage partout au Canada pour faire des croquis. Jackson et le Groupe créent une nouvelle forme d’art national qui consiste essentiellement à représenter le relief accidenté du Canada. Ce style inspirera plusieurs artistes pendant des années à venir.

A.Y. Jackson est décoré de l’Ordre du Canada en 1968. La même année, il subit un accident vasculaire cérébral qui le laisse invalide. En raison de son état, il passe ses dernières années chez des amis à Kleinburg, en Ontario, mais son influence sur la culture canadienne ne tombe pas dans l’oubli.

A.Y. Jackson a été désigné personne d’importance historique nationale en 1974. Pour en savoir plus sur l’art canadien et le Groupe des sept, veuillez consulter les pages suivantes dans les archives de Cette semaine en histoire: Le Canada s’offre à la vue du monde, La légende de Tom Thomson, Lawren S. Harris et ses paysages originaux, La disparition d’un artiste de renommée internationale : Lawren Stewart Harris et Alfred Joseph Casson : le benjamin du Groupe des sept.

Cette année marque le centenaire de la première année de la Première Guerre mondiale. Pour plus de renseignements sur les programmes officiels d’art de guerre du Canada, veuillez consulter la page intitulée « L’art de guerre canadien» et celle consacrée à l’art officiel de guerre dans le site Web du Musée canadien de la guerre.

Date de modification :